DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Australie: un homme préparait un attentat terroriste pour le Nouvel An (police)

Vous lisez:

Australie: un homme préparait un attentat terroriste pour le Nouvel An (police)

Australie: un homme préparait un attentat terroriste pour le Nouvel An (police)
Taille du texte Aa Aa
La police australienne a annoncé mardi avoir arrêté un sympathisant du groupe Etat islamique qui projetait d'acheter une arme et de tirer dans la foule le soir du Nouvel An à Melbourne. Le suspect, âgé de 20 ans et né en Australie de parents somaliens, a été arrêté lundi lors d'une opération de la police dans une maison de Werribee, une banlieue de Melbourne, dans le sud de l'Australie, a indiqué la police. Il devait être inculpé dans la journée de mardi. L'homme est "un sympathisant de l'Etat islamique" et l'attaque qu'il projetait était "potentiellement catastrophique", a déclaré Shane Patton, chef adjoint de la police de l'Etat de Victoria, dont Melbourne est la capitale. Selon la police, le suspect avait consulté un manuel en ligne produit par Al-Qaïda sur la manière d'utiliser des armes à feu et de commettre des attentats, mais il a été arrêté avant d'avoir pu acheter un fusil automatique. "Il avait l'intention d'utiliser une arme à feu pour abattre autant de personnes que possible dans le secteur de Federation Square le soir du Nouvel An", a déclaré M. Patton. Federation Square est une place située au coeur de la ville de Melbourne, près de la gare ferroviaire de Flinders Street et de la cathédrale St Paul. C'est l'un des principaux endroits de Melbourne où les gens se rassemblent le 31 décembre pour fêter l'arrivée du Nouvel An. "C'est une terrible préoccupation pour nous que, pendant la période des fêtes, alors que les gens se divertissent, il y ait un potentiel complot pour commettre un acte terroriste", a déclaré Shane Patton. Il a précisé que le suspect, qui vivait chez ses parents, était sous la surveillance de la police depuis le début de cette année parce qu'il faisait partie d'une petite communauté d'extrémistes, et que son comportement était progressivement devenu plus alarmant. Les autorités australiennes, qui craignent depuis plusieurs années des attaques de la part d'extrémistes, ont renforcé en septembre 2014 le niveau national d'alerte terroriste. Depuis, 74 personnes ont été arrêtées sur le territoire australien dans le cadre de 374 enquêtes antiterroristes. Les autorités déclarent que 13 attentats ont été déjoués ces dernières années, dont une attaque inspirée par le groupe Etat islamique et qui aurait dû avoir lieu à Noël 2016 au même endroit dans le centre de Melbourne. La police avait alors arrêté plusieurs hommes qui prévoyaient d'utiliser des explosifs, des armes à feu et des couteaux pour commettre un attentat à cet endroit très fréquenté. A la question de savoir si le suspect arrêté lundi pouvait avoir été inspiré par ce complot de Noël 2016, Shane Patton a déclaré que le processus par lequel il s'était radicalisé devait encore être déterminé par les enquêteurs. Un autre projet d'attentat récemment déjoué par la police australienne, lui aussi inspiré par l'EI, consistait à faire s'écraser un avion en utilisant du gaz toxique ou une bombe rudimentaire. En 2014, une prise d'otages dans un café de Sydney s'était soldée par la mort de deux d'entre eux.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.