DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cavani (Paris SG) poursuivi en Italie par son ex-intendant

Vous lisez:

Cavani (Paris SG) poursuivi en Italie par son ex-intendant

Cavani (Paris SG) poursuivi en Italie par son ex-intendant
Taille du texte Aa Aa
L'attaquant uruguayen du Paris Saint-Germain Edinson Cavani est convoqué mardi devant un juge de Naples, ville de son précédent club, dans le cadre d'un différend qui l'oppose à son ancien intendant, rapportent plusieurs journaux napolitains. Giuseppe Spinosa, qui fut "l'homme à tout faire" du buteur uruguayen à Naples, où il a joué de 2010 à 2013, lui réclame 100.000 euros de dédommagement pour l'avoir licencié "à l'improviste", déclare-t-il dans une interview au journal "Cronache di Napoli". Spinosa poursuit l'attaquant vedette du PSG pour travail dissimulé et pour licenciement abusif en 2015. "Il y a environ deux ans, après trois ans de collaboration continue, Cavani a décidé de ne plus faire appel à mes prestations. J'ai demandé des explications mais il n'a jamais voulu me donner le motif du licenciement", explique M. Spinosa. "En 24 heures, je me suis retrouvé sans emploi alors que nous étions très liés", ajoute l'ancien collaborateur de Cavani, qui assure avoir été à son service 24 heures sur 24. "Je m'occupais de tout, j'étais son chauffeur, je payais ses factures, avant sa séparation je m'occupais aussi de son épouse et de ses enfants", insiste-t-il. "Quand il jouait à Naples, c'était une personne gentille, affable (...). Mais après son transfert à Paris, il a changé. Quand il a commencé à gagner tout cet argent, il n'était plus humble comme avant", conclut M. Spinosa.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.