DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

CPI: quête de consensus pour ajouter le "crime d'agression" aux accusations

Vous lisez:

CPI: quête de consensus pour ajouter le "crime d'agression" aux accusations

CPI: quête de consensus pour ajouter le "crime d'agression" aux accusations
Taille du texte Aa Aa
Les 123 pays parties à la Cour pénale internationale ont entamé lundi aux Nations unies leur assemblée générale annuelle, au cours de laquelle ils doivent notamment s'entendre sur l'ajout du "crime d'agression" aux trois chefs d'inculpation déjà en vigueur. Créée en 1998 par un traité signé à Rome et entré en vigueur en 2002, la CPI juge jusqu'à présent les crimes contre l'humanité, les génocides et les crimes de guerre. Le "crime d'agression", autrement dit l'agression d'un pays contre un autre pays, est prévu dans les statuts de la CPI mais n'a jamais été activé. Lors de leur assemblée générale qui doit durer une dizaine de jours, les 123 pays parties à la Cour doivent se prononcer sur son activation à la lumière d'amendements décidés en 2010 pour mieux définir le "crime d'agression" et les conditions de saisie de la CPI. Ils semblent toutefois passablement divisés sur ce 4e chef d'inculpation qui revient à reconnaître l'attaque de la souveraineté d'un pays par un autre et désigner des coupables présumés parmi ses dirigeants. "Le sujet est sensible", souligne un spécialiste du dossier sous couvert d'anonymat. Il trouve un écho dans de nombreux pays, en Russie (Georgie, Crimée), en Libye (guerre franco-britannico-américaine contre Kadhafi), en République démocratique du Congo (interférences rwandaise, ougandaise) ou en Syrie où plusieurs acteurs internationaux sont en guerre depuis 2011. Une trentaine de pays ont ratifié les amendements de 2010 et il faut une majorité des deux tiers (82 pays) pour enclencher l'activation du chef d'inculpation de "crime d'agression". Plusieurs des Etats n'ayant pas ratifié les amendements de 2010 - France, Japon, Colombie, Canada, Norvège, Royaume-Uni - acceptent une activation mais sous condition que leurs ressortissants ne puissent pas être poursuivis. Les Etats ayant ratifié les amendements sont opposés à cette condition. Lors de leur assemblée, les 123 Etats parties doivent aussi adopter le budget annuel de la CPI - 149 millions d'euros - et procéder à l'élection de 6 juges parmi 12 candidats.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.