DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Liban: de la démission Hariri à son retrait

Vous lisez:

Liban: de la démission Hariri à son retrait

Liban: de la démission Hariri à son retrait
Taille du texte Aa Aa
Rappel des dates-clés de la crise politique provoquée par l'annonce le 4 novembre à Ryad de la démission surprise du Premier ministre libanais Saad Hariri, qui est revenu mardi sur sa décision. - Démission choc - Le 4 novembre, Saad Hariri, alors en Arabie saoudite, annonce sa démission, dans une déclaration retransmise par la chaîne Al-Arabiya à capitaux saoudiens. Il accuse le Hezbollah, qui fait partie de son gouvernement, et son allié iranien de "mainmise" sur le Liban et dit craindre pour sa vie. Il accuse Téhéran d'avoir "créé un État dans l'État". Téhéran rejette des "accusations sans fondement". La démission intervient dans un contexte de fortes tensions sur plusieurs dossiers entre les deux poids lourds de la région, l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite. - Hariri "détenu", selon le Hezbollah - Le 10, le président libanais Michel Aoun, allié du Hezbollah, exprime son "inquiétude" quant au sort de M. Hariri, et le chef du Hezbollah accuse l'Arabie saoudite de "détenir" M. Hariri. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, déclare qu'à sa "connaissance", M. Hariri est libre de ses mouvements. - Hariri se dit "libre" - Le 12, Saad Hariri annonce qu'il va "très bientôt" rentrer dans son pays. "Je suis libre ici, si je veux voyager demain, je voyage". "J'ai écrit ma démission de ma main, et j'ai voulu provoquer un choc positif", dit-il lors d'un entretien avec sa chaîne de télévision libanaise, Future TV. Le 14, le patriarche maronite, le cardinal Bechara Raï, effectue une visite historique en Arabie saoudite, où il est reçu par le roi Salmane et rencontre M. Hariri. "Je suis convaincu par les raisons de sa démission", dit-il. Le président français Emmanuel Macron, qui avait effectué une visite éclair le 9 novembre à Ryad pour rencontrer le prince héritier, "réitère son souhait que Saad Hariri puisse se rendre au Liban comme il l'a annoncé". Le 15, Michel Aoun hausse le ton et accuse Ryad de détenir M. Hariri. "Nous le considérons donc comme en captivité et détenu (...)". - Le tournant de Paris - Le 16, Jean-Yves Le Drian rencontre M. Hariri à Ryad alors que le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir assure que le dirigeant libanais est libre de quitter Ryad "quand il veut". Invité par la France, Saad Hariri arrive le 18 par avion privé à Paris, où il s'entretient avec Emmanuel Macron. Le 21, il quitte Paris pour Le Caire, où il rencontre le président Abdel Fattah al-Sissi, avant d'arriver en fin de soirée à Beyrouth via Chypre. - Hariri revient sur sa décision - Le 22, Saad Hariri annonce qu'il suspend sa démission, en attendant des consultations sur des dossiers épineux dont l'implication dans des conflits régionaux du Hezbollah. Il appelle à éloigner le Liban des conflits au Moyen-Orient et à adopter une "politique de distanciation", alors que le Hezbollah est notamment engagé dans la guerre en Syrie voisine au côté du régime. Le 27, M. Hariri déclare qu'il souhaite rester Premier ministre, mais que sa décision dépendra des discussions en cours. Le 30, il dit de nouveau craindre pour sa vie, en affirmant que le régime syrien a "prononcé une peine de mort" contre lui. Le 5 décembre, Saad Hariri revient sur sa démission, lors du premier conseil des ministres en un mois. Le gouvernement, auquel participent les deux camps rivaux --l'un dirigé par Saad Hariri et appuyé par Ryad et l'autre mené par le Hezbollah et soutenu par l'Iran--, réaffirme sa volonté de "se distancier" des conflits régionaux.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.