DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Près de 6.000 jihadistes de l'EI pourraient revenir en Afrique

Vous lisez:

Près de 6.000 jihadistes de l'EI pourraient revenir en Afrique

Près de 6.000 jihadistes de l'EI pourraient revenir en Afrique
Taille du texte Aa Aa
Près de 6.000 Africains ayant combattu au Moyen-Orient avec l'organisation jihadiste Etat islamique (EI) pourraient revenir en Afrique, a indiqué dimanche à Oran (ouest) le Commissaire de l'Union Africaine pour la paix et la sécurité, qui a appelé les pays africains à se préparer "fermement" à la gestion ces retours. "Des rapports font état de la présence de 6.000 combattants africains parmi les 30.000 éléments étrangers ayant rejoint ce groupe terroriste au Moyen-Orient", a déclaré M. Smail Chergui, lors d'une rencontre sur la lutte contre le terrorisme. L'EI a profité du conflit syrien, qui a éclaté en 2011 avec des manifestations contre le président Bachar al-Assad, pour s'implanter en Syrie et en Irak. Après une montée en puissance fulgurante en 2014, qui a vu l'organisation extrémiste s'emparer de vastes pans de territoire dans les deux pays, l'EI a proclamé un "califat" en 2014 qui a attiré des milliers de combattants étrangers. Mais le groupe a ensuite multiplié les revers et a perdu la totalité des territoires qu'il avait conquis en Irak et la plupart de ceux qu'il détenait en Syrie. "Le retour de ces éléments en Afrique pose de sérieuses menaces sur la sécurité et la stabilité nationales et exige un traitement spécifique et une coopération intense entre les pays africains", a estimé M. Chergui, cité par l'agence de presse APS. Le commissaire de l'UA pour la paix et la sécurité a appelé les pays concernés à notamment "échanger les renseignements sur les éléments armés regagnant leurs pays respectifs", après leurs défaites en Irak et en Syrie.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.