DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le procès de Salah Abdeslam à Bruxelles reporté, un nouveau calendrier fixé lundi

Vous lisez:

Le procès de Salah Abdeslam à Bruxelles reporté, un nouveau calendrier fixé lundi

Le procès de Salah Abdeslam à Bruxelles reporté, un nouveau calendrier fixé lundi
Taille du texte Aa Aa

La justice belge a confirmé vendredi le report du procès du jihadiste français Salah Abdeslam qui était prévu la semaine prochaine à Bruxelles, comme l’a souhaité son avocat, et l’audience de lundi se limitera à l’annonce d’un nouveau calendrier par le tribunal.

Cette première comparution publique du seul survivant des commandos des attentats parisiens du 13 novembre 2015 (130 morts) était très attendue pour mesurer à quel point il est prêt à collaborer avec la justice.

Mais “le procès (…) dont l’ouverture était prévue ce lundi 18 décembre 2017 à 8H45 sera remis”, a annoncé le tribunal dans un communiqué.

“L’audience, de courte durée, se limitera, conformément à la procédure, à donner acte de cette remise et à fixer une nouvelle date”, a-t-il ajouté.

Le report était déjà jugé “hautement probable” par les magistrats organisant l’audience, depuis l’annonce mercredi du retour de l’avocat Sven Mary au côté du jihadiste français d’origine marocaine.

C’est l’avocat qui a sollicité ce report, après le revirement tardif de Salah Abdeslam. Il souhaitait initialement se défendre seul des accusations de “tentative d’assassinat dans un contexte terroriste sur plusieurs policiers”, mais sa famille l’a convaincu de ne pas le faire.

Au cœur de ce procès: une fusillade avec des policiers survenue à Bruxelles le 15 mars 2016 dans une planque où il se trouvait, trois jours avant son arrestation dans la capitale belge, et au terme de quatre mois de cavale.

Trois policiers avaient été blessés, et l’un des occupants, un jihadiste algérien, avait été tué dans l‘échange de tirs, en couvrant la fuite d’Abdeslam et d’un complice par l’arrière du bâtiment.

‘Libérateur pour lui’

Ce complice d’origine tunisienne, Sofiane Ayari, doit répondre des mêmes chefs d’accusation.

Le procès, qui était prévu du 18 au 22 décembre, devrait être reporté de “quelques semaines”, selon une source proche du dossier.

Il ne s’agira alors que de répéter le lourd dispositif qui était en place en terme de sécurité, autour du Palais de justice de Bruxelles mais aussi dans la prison de Vendin-le-Vieil (nord de la France), qui devait accueillir Abdeslam pendant le procès.

“Le transfèrement a été reporté à la date du prochain procès”, a fait savoir la Direction de l’Administration pénitentiaire française.

Ni Abdeslam, détenu à Fleury-Mérogis (région parisienne) depuis fin avril 2016, ni Ayari, incarcéré en Belgique, ne seront présents à l’audience lundi.

Alors qu’il est mutique depuis un an et demi face aux enquêteurs du dossier du 13 novembre, le Français, qui a grandi en Belgique, a souhaité contre toute attente comparaître à ce procès à Bruxelles.

“Il s’enferme pour l’instant dans son silence (…), je pense que ce procès pourrait être libérateur pour lui”, soulignait récemment Frédéric Van Leeuw, chef du parquet fédéral belge, qui a souhaité ce renvoi devant la justice.

Abdeslam est susceptible de “donner des clés” sur l’organisation de la cellule jihadiste ayant frappé Paris et Bruxelles (32 morts le 22 mars 2016), ce qui est “important pour les victimes”, ajoutait le magistrat.

Un avis partagé par Me Guillaume Lys, avocat belge de l’Association française des victimes du terrorisme (AFVT), partie civile dans l’enquête du 13 novembre, et qui assistera au procès de la fusillade de Forest.

“C’est important pour les victimes de voir quel sera son comportement, s’il va collaborer avec la justice, d’avoir des indications sur ce qui a été retrouvé à Forest”, a dit Me Lys vendredi l’AFP.

Le dossier de la fusillade est imbriqué dans ceux des attentats de Paris et de Bruxelles, a-t-il rappelé, puisque cette planque bruxelloise avait été louée sous un faux nom par Khalid El Bakraoui, qui s’est fait exploser dans le métro de la capitale belge le 22 mars.

De son côté Salah Abdeslam est aussi soupçonné d’avoir convoyé depuis l’Europe centrale, à partir de la fin de l‘été 2015, une dizaine de membres de la cette cellule jihadiste.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.