DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pérou: l'opposition exige la démission du président à la suite du scandale Odebrecht

Vous lisez:

Pérou: l'opposition exige la démission du président à la suite du scandale Odebrecht

Pérou: l'opposition exige la démission du président à la suite du scandale Odebrecht
Taille du texte Aa Aa

L’opposition péruvienne qui contrôle le Parlement a demandé jeudi la démission du président Pedro Pablo Kuczynski, l’accusant de “corruption” dans le cadre du scandale du géant de la construction Odebrecht, qui éclabousse toute la classe politique de la région.

“Il est évident que sa présence au plus haut poste de la nation n’est plus possible”, a déclaré le porte-parole du groupe parlementaire de Fuerza Popular Daniel Salaverry. Cette formation est dirigée par Keiko Fujimori, fille de l’ancien chef de l’Etat Alberto Fujimori (1990-2000), qui avait perdu de justesse la présidentielle de 2016 face à “PPK”, comme est surnommé l’actuel chef de l’Etat.

“Je ne courrai pas, je ne me cacherai pas et je n’ai aucune raison de le faire”, a rétorqué jeudi soir M. Kuczysnki dans un discours télévisé, promettant de coopérer aux enquêtes du Congrès et du bureau du procureur général.

L’ultimatum de l’opposition intervenait au lendemain des révélations du groupe de BTP brésilien Odebrecht qui a reconnu avoir payé près de cinq millions de dollars à des entreprises de conseil directement liées à Pedro Pablo Kuczynski entre 2004 et 2013.

Sur cette période, M. Kuczynski occupa différents postes au sein du gouvernement d’Alejandro Toledo (2001-2006), à qui Odebrecht assure avoir versé 20 millions de dollars en échange de l’obtention de la concession d’une autoroute.

Le gigantesque scandale de corruption Odebrecht s‘étend à travers plusieurs autres pays de la région, comme l’Equateur, le Mexique, Panama et le Venezuela.

Le groupe a accepté l’année dernière de payer une amende record de 3,5 milliards de dollars aux autorités brésiliennes, suisses et américaines, après avoir reconnu avoir versé un total d’environ 788 millions de dollars à des hauts-fonctionnaires et des partis politiques de divers pays pour s’assurer des contrats.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.