DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Natation: première pour Bonnet, reine du 200 m du championnat d'Europe en petit bassin

Vous lisez:

Natation: première pour Bonnet, reine du 200 m du championnat d'Europe en petit bassin

Natation: première pour Bonnet, reine du 200 m du championnat d'Europe en petit bassin
Taille du texte Aa Aa

Petit bassin mais grande première! A 22 ans, Charlotte Bonnet s’est offert son premier titre international individuel en remportant le 200 m aux Championnats d’Europe de natation en bassin de 25 m, samedi à Copenhague.

C’est avec les yeux humides que la Niçoise a accueilli la Marseillaise qui a résonné en son honneur. Dans les tribunes, on a vu Jérémy Stravius, Mélanie Hénique, Jordan Pothain ou encore Lara Grangeon la reprendre en choeur.

“C’est juste fou !, a réagi Bonnet. Première Marseillaise et en plus, je fais un super temps… Je repense à plein de choses, à tout le travail que j’ai effectué depuis des années, où c‘était dur. Aujourd’hui, je suis sur la plus haute marche du podium et si on m’avait dit ça un jour, je n’y aurais pas cru.”

Dès jeudi, la nageuse avait impressionné sur 100 m en signant le meilleur temps des séries puis des demi-finales. Elle avait finalement échoué au pied du podium d’une finale ultra relevée qui a médaillé trois championnes olympiques. Non sans améliorer au passage son record de France (51.65).

Sur 200 m auquel la fusée suédoise Sarah Sjöström a finalement renoncé Bonnet a parfaitement su saisir sa chance. Et avec la manière : l‘élève de Fabrice Pellerin s’est imposée en abaissant son record personnel de près d’une seconde (1:52.19 contre 1:53.17) et en repoussant loin ses adversaires. La Néerlandaise Femke Heemskerk, deuxième, pointe à plus d’une seconde (1:53.41), la Russe Veronika Andrusenko, troisième, à plus d’une seconde et demie (1:53.75).

“Je ne m’attendais vraiment pas à gagner. Honnêtement, je pensais faire deuxième ou troisième, a confié Bonnet. Le niveau était très relevé, la victoire devant des nageuses qui ont beaucoup d’expérience est encore plus gratifiante.”

- ‘Envie d’en faire encore plus’ –

“C’est très encourageant pour la suite et ça me donne envie d’en faire encore plus”, a-t-elle estimé.

Bonnet n‘était encore jamais montée sur la plus haute marche d’un podium international individuel. Jusque-là, la chef de file de la natation féminine tricolore comptait quatre médailles européennes individuelles à son palmarès, mais aucune en or : une en grand bassin (bronze du 200 m en 2016), trois en petit bassin (argent du 200 m en 2012 et 2013, bronze du 100 m en 2012).

En grand bassin, c’est en relais 4×200 m dames qu’elle a été médaillée mondiale (2013) et olympique (2012). En bronze dans les deux cas.

L’or de Bonnet est la cinquième médaille de la semaine pour la natation française, décidément portée par ses nageuses dans la capitale danoise (argent et bronze pour Grangeon sur 400 m 4 nages et 200 m papillon, bronze pour Lesaffre sur 400 m 4 nages, plus le bronze du relais 4 nages mixte).

Dans son incessante quête d’or, Katinka Hosszu en est elle à six médailles à Copenhague. La Hongroise a étoffé sa riche collection de deux couronnes supplémentaires, le 200 m 4 nages (2:04.43) et le 50 m dos (25.95). A ses côtés, Fantine Lesaffre s’est classée cinquième, et Camille Dauba huitième, de la première course, Mathilde Cini cinquième (26.47, record de France) de la seconde.

Première, en revanche, pour le Britannique Adam Peaty : le roi de la brasse en grand bassin a enfin été sacré en petit, sur 100 m brasse, record d’Europe à la clé (55.94).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.