DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des manifestants incendient des sièges de partis politiques au Kurdistan irakien

Vous lisez:

Des manifestants incendient des sièges de partis politiques au Kurdistan irakien

Des manifestants incendient des sièges de partis politiques au Kurdistan irakien
Taille du texte Aa Aa

Des manifestants kurdes ont incendié lundi le siège des cinq principaux partis politiques du Kurdistan irakien, ainsi qu’un bâtiment des services de sécurité dans la province de Souleymanieh pour protester contre la corruption et exiger la démission du gouvernement régional.

Les manifestants ont mis le feu à ces bâtiments dans la localité de Piramagroun, à 30 km au nord-ouest de la ville de Souleimaniyeh (nord-est de l’Irak), a affirmé Abdel Razak Charif, un des chefs du parti Goran. Il n’y a pas eu de victimes.

Exaspérés par la détérioration de la situation économique après le référendum d’indépendance du 25 septembre initié par l’ancien président Massoud Barzani et rejeté par Bagdad, les protestataires ont incendié les permanences du Parti Démocratique du Kurdistan (PDK de Massoud Barzani), de l’Union patriotique du Kurdistan (UPK fondée par Jalal Talabani), du parti Goran, de l’Union islamique et du Groupe islamique, a-t-il précisé.

Ils ont également mis le feu à un bâtiment des services de sécurité, a-t-il ajouté.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté lundi à travers le Kurdistan irakien, notamment dans la ville de Souleimaniyeh et dans la province du même nom ainsi que dans des localités de la province d’Erbil.

Parmi eux, beaucoup de fonctionnaires dont les salaires ont été amputés et sont versés de manière erratique mais aussi des travailleurs journaliers victimes du ralentissement économique.

Depuis le référendum sur l’indépendance et les mesures de rétorsion économique de Bagdad, de nombreuses entreprises ont fermé leurs portes, le chômage s’est accru et les jeunes ne trouvent plus de travail.

Les manifestants ont scandé: “A bas les voleurs”, “Mort à Barzani” “A Bas le gouvernement de la corruption” ou encore “A bas le gouvernement qui a perdu les régions disputées”.

A Souleimaniyeh, les policiers ont tiré des gaz lacrymogènes pour empêcher les manifestants d’approcher des sièges de partis politiques.

L’ex-président du Kurdistan irakien Massoud Barzani avait organisé un référendum sur l’indépendance le 25 septembre malgré l’opposition du pouvoir central de Bagdad qui souhaite que cette région autonome du nord continue d‘être partie intégrante de l’Irak. Le “oui” à l’indépendance l’avait largement emporté, mais Bagdad n’a jamais reconnu ce résultat ni le référendum lui-même.

Après la consultation, le gouvernement fédéral avait fait mouvement en direction du Kurdistan et s‘était emparé de territoires disputés entre Bagad et Erbil, notamment la riche province pétrolière de Kirkouk, portant un coup sévère aux rêves d’indépendance économique des Kurdes.

Le Kurdistan irakien qui connaissait déjà une situation économique difficile avant le référendum en raison de la baisse des cours du pétrole, a vu ses ressources pétrolières réduites de moitié après la perte de Kirkouk.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.