DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Présidentielle au Honduras: l'opposition manifeste

Vous lisez:

Présidentielle au Honduras: l'opposition manifeste

Présidentielle au Honduras: l'opposition manifeste
Taille du texte Aa Aa

De nouvelles manifestations de l’opposition avaient lieu mercredi au Honduras pour protester contre la réélection du président de droite Juan Orlando Hernandez, alors que les Etats-Unis ont estimé ne voir “rien” qui permettrait de remettre en cause le résultat officiel mais contesté du scrutin.

“A ce stade, nous n’avons rien vu, dans les rapports des deux missions d’observation” de l’Organisation des Etats américains et de l’Union européenne, “qui remette en cause le résultat final publié par le Tribunal suprême électoral (TSE)”, a affirmé à des journalistes un haut responsable du département d’Etat américain.

Il a précisé toutefois qu’il ne s’agit pas d’une position “définitive” de Washington.

Le président sortant de droite Juan Orlando Hernandez a été déclaré vainqueur dimanche du scrutin du 26 novembre avec 42,95% de voix contre 41,42% au candidat de la coalition d’opposition de gauche Salvador Nasralla.

L’opposition, qui conteste ce résultat et demande une nouvelle élection, a appelé ses partisans à descendre dans la rue.

Mercredi à la mi-journée, des manifestants, parfois munis de projectiles et le visage masqué, faisaient face à la police anti-émeute dans les rues de Tegucigalpa jonchées de débris. De nouvelles barricades avaient été dressées.

Des affrontements sporadiques ont éclatés par endroits, les forces de l’ordre faisant usage de gaz lacrymogène, a constaté l’AFP.

Manuel Zelaya, le coordonnateur de l’Alliance d’opposition à la dictature (gauche), a écrit sur Twitter que son camp “exerçait son droit universel à manifester pacifiquement pour défendre son vote et la victoire” de Nasralla.

Jeudi après-midi, l’opposition défilera vers l’ambassade des Etats-Unis, avant des manifestations “sur toute la voie publique” vendredi matin , a-t-il ajouté.

Côté américain, le responsable a expliqué que “le TSE a(avait) travaillé pour obtenir ce qu’il pense être un résultat définitif et complet”. “Il y a maintenant une période de cinq jours jusqu‘à vendredi” au cours de laquelle “l’opposition peut présenter des informations supplémentaires et contester le résultat”: “nous attendons de voir si c’est le cas”, a-t-il ajouté.

Selon ce responsable, les Etats-Unis ont rencontré toutes les parties, au Honduras ou à Washington, où Salvador Nasralla a été reçu en début de semaine au département d’Etat. “Il n’avait pas de nouvelle fraude ou preuve à nous présenter”, a-t-il assuré.

L’opposant, qui avait dit en avoir présenté les “preuves” lors de ses rencontres à Washington, était attendu de retour au Honduras mercredi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.