DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Catalans ont voté en masse pour décider de leur avenir

Vous lisez:

Les Catalans ont voté en masse pour décider de leur avenir

Les Catalans ont voté en masse pour décider de leur avenir
Taille du texte Aa Aa

Les Catalans ont voté en nombre jeudi pour décider si les indépendantistes doivent revenir au pouvoir dans leur région, deux mois après avoir été destitués pour une tentative de sécession qui a ébranlé l’Espagne et inquiété l’Europe.

Les bureaux de vote ont fermé à 20H00 (19H00 GMT), une estimation portant sur 80% des suffrages est attendue vers 22H00 (21H00 GMT).

Le taux de participation à 18H00 locales (17H00 GMT) a montré une très forte mobilisation, avec 68,32% des électeurs qui s‘étaient rendus aux urnes, soit une augmentation de plus de cinq points par rapport à la consultation déjà record de 2015.

Mobilisés par cet enjeu crucial après des semaines d’angoisse et de tensions, les Catalans ont formé dès le matin des files d’attente devant les bureaux, sous un soleil hivernal.

“Le vote d’aujourd’hui, c’est oui ou non à l’indépendantisme en Catalogne”, résumait Gloria Garcia, une standardiste de 57 ans dans une banlieue ouvrière du nord de Barcelone.

Les 5,5 millions d‘électeurs appelés aux urnes doivent renouveler leur parlement après une campagne atypique, avec des candidats en prison ou en fuite en Belgique, comme l’ancien président indépendantiste destitué Carles Puigdemont.

Dans une Catalogne divisée, un million d’indécis peuvent faire basculer le scrutin d’un côté ou de l’autre.

Le camp unioniste, qui a besoin d’une mobilisation des opposants à l’indépendance, pourrait avoir été entendu, les sondeurs estimant qu’une forte affluence leur est favorable.

En 2015, les séparatistes avaient pour la première fois remporté une majorité des sièges au parlement catalan (72 sur 135), avec 47,8% des suffrages.

En octobre, ils ont organisé un référendum d’autodétermination interdit, marqué par des violences policières, qu’ils affirment avoir remporté avec 90% de “oui” et un taux de participation de 43%.

Puis, le 27 octobre, 70 députés catalans sur 135 ont proclamé l’indépendance de la “République de Catalogne”.

Ils ont espéré et demandé une médiation de l’Union européenne mais Bruxelles, inquiète d’une contagion du séparatisme après le Brexit, a pris le parti de Madrid.

- ‘Retour à la normalité’ –

Pour tuer dans l’œuf la tentative de sécession, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a mis la région sous tutelle et destitué le gouvernement.

Il a aussi convoqué ce scrutin, promettant qu’il permettrait un “retour à la normalité”.

La suspension de facto de l’autonomie pourrait renforcer encore le camp indépendantiste. Mais le coup de frein aux investissements et au tourisme ainsi que le déménagement de siège social de quelque 3.100 entreprises craignant l’instabilité mobilisent les partisans de l’unité.

Alex Arroyo, un enseignant de 49 ans, a confié à l’AFP, après avoir voté dans le fief indépendantiste de Vic, qu’il ne s‘était jamais senti vraiment séparatiste mais qu’il avait changé d’avis “à cause des positions radicales de l’Etat” espagnol et de “la violence” dont il a fait preuve.

Pour Eduard Garrell, un retraité de 67 ans, le désir d’indépendance est tout simplement “dans l’ADN des Catalans. Nous voulons décider de notre avenir”.

Et Elena Mompó, une graphiste de 26 ans, résume ainsi l‘état d’esprit des indécis: “Ces mois ont été tristes et durs. Les uns s’indignaient face à la répression du référendum, d’autres l‘étaient parce que l’on avait déclaré l’indépendance sans les prendre en compte. Quant à ceux du milieu, on nous écarte du débat”.

- ‘Un peuple irréductible’ –

Les conservateurs au pouvoir en Espagne, les libéraux du parti Ciudadanos et leurs adversaires socialistes ont fait campagne en fustigeant “le cauchemar” et “la folie” indépendantistes.

“L’enjeu, pour moi, c’est plutôt qu’on soit tous espagnols et (le parti libéral) Ciudadanos peut représenter le changement parfait pour maintenir résolument l’unité de l’Espagne”, explique Gloria Garcia, un drapeau espagnol noué autour du cou.

Les sondages anticipaient que la bataille pour la première place devrait se jouer entre le parti sécessionniste de gauche ERC du vice-président destitué Oriol Junqueras – inculpé et emprisonné pour “rébellion” – et Ciudadanos, parti fondé pour lutter contre les nationalistes.

Les deux principaux dirigeants destitués par Madrid se présentent sur des listes séparées, mais dénoncent ensemble la “répression” de Madrid.

Carles Puigdemont, conservateur et indépendantiste, entend reconquérir son poste dans les urnes, tout en sachant qu’il serait arrêté s’il rentrait en Espagne.

“Nous démontrerons de nouveau la force d’un peuple irréductible”, a-t-il tweeté.

Oriol Junqueras n’a presque pas pu faire campagne, limitée à dix appels téléphoniques par semaine depuis sa prison, en laissant la direction à Marta Rovira, secrétaire générale de son parti.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.