DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un cardinal proche du pape a empoché des sommes astronomiques, selon un média

Vous lisez:

Un cardinal proche du pape a empoché des sommes astronomiques, selon un média

Un cardinal proche du pape a empoché des sommes astronomiques, selon un média
Taille du texte Aa Aa

Le cardinal hondurien Oscar Maradiaga, l’un des plus proches conseillers du pape François, a touché pendant des années environ 35.000 euros par mois d’une université catholique de son pays, affirme l’hebdomadaire italien L’Espresso, sur son site internet.

Dans une très courte réaction vendredi, le directeur de la salle de presse du Vatican, Greg Burke, “confirme qu’il y a eu une enquête voulue en personne par le Saint-Père”. Il n’a apporté par ailleurs aucun démenti sur les détails de l’article de l’hebdomadaire.

L’Espresso précise qu’un envoyé du pape, un évêque argentin, s’est rendu dans le pays en mai dernier pour écrire un rapport, sur la base d’une cinquantaine de témoignages (personnel de l’université, religieux, chauffeur et secrétaire du cardinal).

Le cardinal Maradiaga, qui aura 75 ans fin décembre, est à la tête du “C9”, le conseil de cardinaux qui aide le pape à réformer le Vatican. Il a aussi été pressenti dans le passé pour devenir pape.

“Le puissant cardinal Oscar Maradiaga, fervent partisan d’une Eglise pauvre (…) a reçu pendant des années environ 35.000 euros par mois”, écrit le journaliste d’enquête de L’Espresso, Emiliano Fittipaldi, un connaisseur du Vatican.

Selon lui, le cardinal aurait reçu pour la seule année 2015 environ 500.000 euros et le haut prélat touchait cette somme depuis une dizaine d’années en tant que “Grand chancelier” de l’université catholique de Tegucigalpa.

Une partie de cet argent aurait été investi dans des fonds à Londres (comme Leman Wealth Management) et des sommes transférées sur des comptes allemands auraient disparu.

L’Espresso met en cause également Juan José Pineda, évêque auxiliaire de Tegucigalpa et bras droit de Mgr Maradiaga, pour des dépenses mystérieuses qui pourraient avoir été effectuées avec l’argent de l’Eglise locale, notamment des somptueux cadeaux fait à un proche ami.

Un membre de l’archidiocèse de Tegucigalpa le père Carlos Rubio, a pour sa part répondu en partie aux accusations dans un entretien à l’agence catholique Aci, en précisant que l’université catholique appuyait financièrement “tous les évêques, et non pas seulement le cardinal, pour aider les diocèses” dans un pays frappé par “la pauvreté”.

“Recevoir cet argent n’est pas un acte de corruption, parce qu’il ne s’agit pas d’argent de l’Etat, mais d’argent d’une institution qui dépend de l’Eglise”, a-t-il insisté, sans toutefois apporter de précisions sur les sommes en jeu.

Les révélations du journal italien interviennent au moment où le pape François a fustigé jeudi, sans les nommer, les “traîtres de la confiance” qui freinent sa réforme des institutions. “Ils se laissent corrompre par l’ambition et une gloire vaine”, a déploré le pape lors des voeux de Noël à la Curie.

Selon L’Espresso citant ds sources proches du pape, François “est très triste mais également déterminé à découvrir la vérité”.

L’Espresso rappelle que le cardinal aura 75 ans le 29 décembre prochain, un âge où tous les hauts prélats remettent leur démission entre les mains du pape qui décide de l’accepter ou non.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.