DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bosnie: une Croate condamnée à 14 ans de prison pour crimes de guerre

Vous lisez:

Bosnie: une Croate condamnée à 14 ans de prison pour crimes de guerre

Bosnie: une Croate condamnée à 14 ans de prison pour crimes de guerre
Taille du texte Aa Aa

Une ancienne militaire croate, Azra Basic, a été condamnée mercredi par un tribunal de Sarajevo à 14 ans de prison pour crimes de guerre, la plus lourde peine prononcée contre une femme pour des crimes commis pendant le conflit bosnien des années 1990.

Azra Basic, 58 ans, a été extradée vers la Bosnie fin 2016 par les Etats-Unis où elle avait émigré après le conflit intercommunautaire bosnien (1992-95, 100.000 morts). Elle a été arrêtée en 2011 à la demande de la justice bosnienne.

Jugée depuis janvier, elle a été reconnue coupable de crimes contre des civils serbes détenus en avril 1992 dans la région de la ville de Derventa(nord).

“Ce tribunal vous condamne à 14 ans de prison”, a déclaré le juge Sead Djikic, soulignant “la cruauté particulière de l’inculpée” lorsqu’elle commettait des crimes.

Décrite par certains témoins comme “la maîtresse de la vie et de la mort” à l‘époque des faits, Azra Basic a notamment été reconnue coupable d’avoir tué le détenu Blagoje Djuras.

Alors qu’il était à genoux et retenu par deux autres détenus, après avoir été battu, “Azra Basic s’est rapprochée de Blagoje Djuras, avec un couteau dans la main qu’elle lui a enfoncé dans le cou”, a dit le juge.

Seule ou avec d’autres militaires, elle a aussi torturé une dizaine d’autres détenus, en les assénant de coups de pied, de poing, de batte de baseball, ou en dessinant avec un couteau des croix sur leur peau, notamment “sur le dos” et “sur le front”, a raconté le juge.

Ces scènes de torture ont eu lieu dans une salle de spectacle où des prisonniers avaient été amenés avant d‘être enfermés.

Azra Basic fait partie d’une dizaine de femmes inculpées ou condamnées pour des crimes lors du conflit bosnien. Une vingtaine d’autres feraient l’objet d’enquêtes. Plusieurs centaines d’hommes ont été condamnés pour crimes de guerre.

La plus célèbre des femmes criminelles de guerre reste l’ex-vice-présidente des Serbes de Bosnie, Biljana Plavsic, aujourd’hui 87 ans. Seule femme jugée devant le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), elle a été condamnée en 2003 à 11 ans de prison, après avoir plaidé coupable.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.