DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Voile: record en vue sur une Sydney-Hobart "incroyablement rapide"

Vous lisez:

Voile: record en vue sur une Sydney-Hobart "incroyablement rapide"

Voile: record en vue sur une Sydney-Hobart "incroyablement rapide"
Taille du texte Aa Aa

Le supermaxi LDV Comanche était toujours en tête mercredi midi d’une édition “incroyablement rapide” de la Sydney-Hobart, selon ses organisateurs, qui tablent désormais sur un nouveau record de l‘épreuve.

Il est depuis l’an dernier la propriété de Perpetual Loyal renommé cette année InfoTrack qui avait avalé les 628 milles (1.163 kilomètres) de l’emblématique course australienne en un jour, 13 heures, 31 minutes et 20 secondes.

Mais la centaine de voiliers au départ cette année a bénéficié dès mardi de conditions “rêvées” selon Iain Murray, navigateur de Wild Oats XI, vainqueur de huit des 10 éditions entre 2005 et 2014, mais contraint à l’abandon ces deux dernières années.

Les quatre géants de la flotte les voiliers de plus de 100 pieds (30 mètres) comme Comanche, Wild Oats XI et InfoTrack ont encore profité dans la nuit de mardi à mercredi d’un bon flux de nord-est pour laisser dans le sillage le détroit de Bass séparant l’Australie continentale de la Tasmanie.

Comanche affichait ainsi une moyenne de 20 à 25 noeuds, avec 48 milles d’avance soit plus de deux heures sur la position de Perpetual Loyal l’an passé.

“En fait, les six voiliers de tête sont tous en course pour le record”, ont annoncé les organisateurs. “C’est une course incroyablement rapide.”

Parmi les six, figure notamment Wizard, le 70 pieds (21,5 mètres) qui fut vainqueur en temps compensé en 2016 sous le nom de Giacomo. Wizard n’est autre que l’ex-Groupama 4 à bord duquel Franck Cammas avait remporté la Volvo Ocean Race en 2012.

Les organisateurs annoncent des conditions de plus en plus musclées dans la journée dans le détroit de Bass avec un vent forcissant dans la fourchette des 25 à 35 noeuds (46-64 km/h).

La bonne nouvelle pour la tête de la course est qu’il devrait aussi y avoir de l’air en soirée dans l’estuaire de la rivière Derwent qui mène à Hobart, où le vent tombe habituellement avec la nuit.

C’est chaque année un des secteurs les plus piégeux de la course, où les bateaux peuvent être facilement déventés et perdre un temps considérable.

Il s’en est fallu de peu pour que cette 73e édition ne soit d’emblée marquée mardi par un coup de théâtre quand Wild Oats XI a manqué sur un virement osé en Baie de Sydney de percuter Comanche, qui pourrait poser une réclamation.

La Sydney-Hobart compte cette année des bateaux de 27 pavillons différents, avec des voiliers de Chine, des Etats-Unis, et de France.

La seule victoire française sur cette classique courue pour la première fois en 1945 remonte à un demi-siècle. C‘était celle d’Eric Tabarly en 1967 sur Pen Duick III.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.