DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

XV de France: Brunel face à trois défis et les mêmes contraintes

Vous lisez:

XV de France: Brunel face à trois défis et les mêmes contraintes

XV de France: Brunel face à trois défis et     les mêmes contraintes
Taille du texte Aa Aa

Retrouver la victoire, redonner confiance au groupe et le restreindre en vue de la Coupe du monde 2019: en plus de composer son panel d’ajoints, Jacques Brunel, nommé mercredi nouveau sélectionneur du XV de France, a devant lui trois impératifs et les mêmes contraintes que son prédécesseur, Guy Novès.

+ Briser la série noire

Les chiffres sont implacables. Avec seulement sept victoires pour quatorze défaites et un match nul en vingt-deux-rencontres (dont vingt-et-un test-matches), Novès a présenté le pire bilan pour un sélectionneur en deux ans de mandat, depuis sa prise de fonctions sur les cendres de la déroute en quart de finale de la Coupe du monde 2015 face aux All Blacks (13-62).

Les problèmes du XV de France, tombé à la 9e place au classement mondial après une série, toujours en cours, de six défaites et un nul — dont cinq test-matches — ne sont donc pas apparus avec Novès. “Le mal est plus profond” a reconnu le président de la Fédération, Bernard Laporte, mercredi.

Pêle-mêle: des joueurs qui ont accumulé retard technique et athlétique lors de leur formation, ainsi qu’un championnat qui fait la part belle aux étrangers, surtout à des postes-clés (ouvreur, ailier, numéro 8, pilier droit). Et qui ne prépare pas aux cadences internationales et essore les internationaux, dans l’incapacité dès lors de gommer leurs lacunes par un travail de fond.

Brunel va devoir composer avec ces mêmes contraintes, en attendant que les réformes mises en place par la Fédération et la Ligue (temps de préparation élargi pour les internationaux, limitation du nombre d‘étrangers, réforme de la formation) fassent leur effet, à moyen ou long terme.

+ Remise à plat

Dans l’immédiat, soit dès le prochain Tournoi des six nations, qui débute le 3 février contre l’Irlande et s’annonce périlleux (réception de l’Angleterre et de l’Italie en plus de l’Irlande, déplacements en Ecosse et au pays de Galles), le Gersois devra s’attacher à redonner confiance à un groupe apparu complètement perdu et désemparé pendant et après le triste match nul contre le Japon (23-23), en clôture des tests de novembre. Où il a subi une bronca de son propre public. “Au-delà des résultats, il n’y avait plus d‘équipe, on ne sentait pas de révolte” a d’ailleurs estimé Laporte.

Le regain de forme passera par les mots. Mais aussi une mise à plat du système de jeu, peut-être moins ambitieux que celui prôné par Novès et ses adjoints, lancés dans un jeu de mouvement tourné vers le grand large sans doute utopique compte tenu des lacunes techniques et athlétiques des internationaux tricolores.

Brunel est d’ailleurs décrit comme un technicien pragmatique: à Perpignan, avec qui il a été sacré champion de France 2009, “sa grande qualité a été de s’appuyer sur nos atouts, notre identité de jeu, nos force, sans vouloir tout révolutionner, mais en ajustant nos faiblesses”, expliquait à l’AFP il y a deux ans David Marty, ancien centre de l’Usap.

+ Un groupe à restreindre, le cas Parra à trancher

74 joueurs testés, dont neuf charnières, en 21 test-matches. Même si les blessures et les baisses de forme ne l’ont pas aidé, Novès a procédé à un large appel d’air, qui n’a pas favorisé l’acquisition d’automatismes.

Avec seulement seize matches d’ici la Coupe du monde 2019 au Japon (20 septembre-2 novembre), Brunel devra, autant que possible, restreindre le champ des possibles. Il lui faudra aussi trancher le cas du demi de mêlée Morgan Parra (29 ans, 66 sél.), ignoré par Novès malgré ses prestations étincelantes depuis un an avec Clermont, dont il est le patron incontesté. Peut-il être celui des Bleus, en manque de leaders? Réponse aux alentours du 17 janvier, avec l’annonce du groupe retenu pour le Tournoi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.