DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Top 14: Castres, vainqueur en série

Vous lisez:

Top 14: Castres, vainqueur en série

Top 14: Castres, vainqueur en série
Taille du texte Aa Aa

Bien pâle en début de saison, Castres a trouvé la recette sans céder à la panique et marche depuis fin octobre littéralement sur l’eau.

De la 11e à la 3e place en à peine deux mois, sept victoires de rang en championnat dont deux exploits à Toulouse (41-31) et Clermont (31-27) dimanche. Le CO, qui ne compte que deux points de retard sur le leader rochelais, est inarrêtable à l’heure d’aller défier Agen samedi à Armandie (18h45).

Les Tarnais ont entamé la plus belle série en cours du Top 14 justement face au SUA à l’aller fin octobre (43-28), un match fou et fondateur pour Rodrigo Capo Ortega et ses coéquipiers.

Subitement menés de sept points à l’heure de jeu (21-28) après trois essais coup sur coup des Lot-et-Garonnais, les Castrais se sont fait peur et se sont “très vite resserrés” pour “aller chercher ce match”, explique l’inusable capitaine uruguayen.

“Ca nous a lancés pour le déplacement à Oyonnax (première victoire à l’extérieur de la saison). Et tout s’est alors enchaîné avec les succès devant La Rochelle et Toulon. Quand tu gagnes comme ça, c’est incroyable, tu y prends goût, tu n’as plus envie que ça s’arrête. On sait bien que les séries doivent s’arrêter un jour mais on voudrait que ça continue encore et encore”, poursuit-il.

- Apéro plutôt que vidéo –

Une semaine plus tôt, le CO, alors à la peine en championnat, venait de prendre un gros coup sur la tête en Coupe d’Europe sur le terrain de Leicester (29-54).

Mais pas de place pour l’abattement. “Le premier entraînement après avoir pris ces cinquante points, c‘était une séance vidéo qui était programmée. On a annulé et à la place, on a fait un apéro !”, raconte l’entraîneur en charge des avants Joe El Abd. “On avait besoin de retrouver le sourire, de jouer en prenant plaisir. Il fallait oublier ce mauvais début de saison, évacuer les choses”.

Signe que dans les mauvais jours, le CO a pu compter sur la ferme intention de son staff de ne pas changer de cap, le manager Christophe Urios préférant voir le contenu, souvent prometteur, des rencontres perdues plutôt que de se focaliser sur le résultat.

“On voyait les entraînements et l’investissement des joueurs et il n’y avait rien à redire”, assure Joe El Abd. “Mais on a identifié un problème en défense et on a décidé d’insister sur ce secteur. On a aussi appuyé, accentué tout ce qui tourne autour du collectif, du combat. On avait fait le constat que le groupe ne s‘était pas relâché malgré la situation. Et nous, le staff, on a fait bloc, avec un seul message. Et derrière ça, les joueurs ont fait bloc eux aussi.”

“On a continué à travailler de la même manière, ça avait payé l’année d’avant, pourquoi ça ne serait pas le cas cette saison ?”, confirme l’ailier/arrière Julien Caminati, “toutes les équipes peuvent connaître un trou d’air et le groupe ne s’est pas éparpillé. On a cru en nous. Maintenant, attention, restons humbles”.

“Ce qui compte, c’est de s’améliorer jusqu‘à la fin de la saison, jusqu’au dernier match”, conclut El Abd. Pour tenir l’objectif d’une qualification dans les six, voire rêver d’encore mieux.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.