DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dakar-2018: entre le Dakar et le Pérou, le mariage de passion

Vous lisez:

Dakar-2018: entre le Dakar et le Pérou, le mariage de passion

Dakar-2018: entre le Dakar et le Pérou, le mariage de passion
Taille du texte Aa Aa

C’est le Pérou! Cinq ans après son dernier passage, le Dakar retrouve avec enthousiasme le pays inca, passionné de belles mécaniques, malgré un climat politique tendu au moment du départ samedi depuis Lima de sa 40e édition.

A l’aéroport, dans le centre historique ou sur le littoral, il est partout, sur les immenses panneaux publicitaires et les tee-shirts: le pape François, dont la visite dans la capitale péruvienne est programmée le 21 janvier, semble susciter l’impatience des millions de Liméniens, quand le Dakar se fait bien plus petit.

Il faut se rendre au Pentagonito, au siège du ministère de la Défense où le village Dakar s’est installé, pour trouver des férus comme Carlos, qui “préfère le Dakar au pape, mille fois!”, dit-il en riant.

“Le pape, c’est une religion. Dans le Dakar, il n’y a ni religion, ni couleur de peau, rien. C’est un événement social”, renchérit John, venu avec sa femme et sa fille voir les 4×4 et motos exposés, parmi les plusieurs centaines de curieux venus en cette soirée.

L’arrivée 2012 et le départ 2013, à Lima, avaient attiré 600.000 à 700.000 personnes, selon Etienne Lavigne, le directeur de la course, qui se réjouit des “premiers retours positifs” en 2018.

Mais samedi dans la matinée, les spectateurs étaient clairsemés au moment du passage des véhicules inscrits sur le podium, bien loin des bilans précédents.

‘Année difficile’

La présence du président Pedro Pablo Kuczynski créé le lien entre le rallye-raid et la séquence politique tendue que traverse le Pérou, marquée par une tentative manquée de destitution de “PKK” et la grâce controversée de l’ancien dirigeant Alberto Fujimori.

“Avec El Niño (le phénomène climatique qui a provoqué la mort de 133 personnes de janvier à avril 2017, ndlr), les problèmes du gouvernement, c’est une année difficile”, reconnaît le pilote péruvien Nicolas Fuchs (Borgward). “Ca ira mieux.”

Pour Lavigne, “il n’a jamais été question de remettre en doute le départ de Lima” malgré l’instabilité ambiante.

Dans le bivouac, le retour au Pérou après cinq années d’absence est vécu comme un bonheur par les pilotes et l’organisation, impatients de piloter au milieu des dunes qui vont rythmer la première semaine avant la montée en Bolivie.

“C’est une très bonne chose (de retourner au Pérou). Pour moi, les plus beaux Dakar en Amérique du sud sont passés par le Pérou. C’est le pays qui ressemble le pays à l’Afrique”, explique Stéphane Peterhansel (Peugeot), le recordman de victoires sur l‘épreuve (13).

- Cinq millions d’euros –

Un seul regret anime Lavigne: le fait de ne pas pouvoir partir du front de mer comme en 2013. “C‘était magique, on était à côté du Pacifique. Mais on a eu un rival gênant, c’est le pape François”, explique le patron de la course.

Finalement, en raison des risques de tsunami, ni le souverain pontife, qui voulait y célébrer sa messe géante, ni le rallye-raid n’ont été autorisés à s’installer sur le littoral. Tous deux ont été déroutés sur la base militaire aérienne de Las Palmas, où les vérifications techniques et administratives des concurrents ont eu lieu de mercredi à vendredi.

Sur la piste, à côté des tests d’autos et de motos, le podium pour le pape était en train d‘être construit, donnant une drôle d’ambiance au lieu, où se croisaient militaires, cadets de l’Armée de l’air, gens du Dakar, et travailleurs du BTP, sans trop se mélanger.

“Le monde entier va nous voir”, avait déclaré en novembre le ministre péruvien du Commerce extérieur et du Tourisme Eduardo Ferreyros, dont le pays a payé 5M EUR (6M USD) pour accueillir l‘événement et attend des retombées de 290M EUR (350M USD). A partir de samedi, le Dakar va voir.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.