DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Japon: un célèbre arbitre sumo s'excuse pour harcèlement sexuel

Vous lisez:

Japon: un célèbre arbitre sumo s'excuse pour harcèlement sexuel

Japon: un célèbre arbitre sumo s'excuse pour harcèlement sexuel
Taille du texte Aa Aa

Un célèbre arbitre sumo a présenté ses excuses à un jeune arbitre qu’il avait agressé sexuellement mi-décembre, ont indiqué samedi des médias japonais.

Alors qu’il était en état d‘ébriété, Shikimori Inosuke, 58 ans, avait agressé le jeune homme en l’embrassant et en touchant sa poitrine dans un hôtel d’Okinawa, où les sumos faisaient étape dans le cadre d’une tournée hivernale, ont indiqué la chaîne de télévision publique NHK et l’agence de presse Kyodo.

Ce haut responsable de l’arbitrage, dont le vrai nom est Itsuo Nouchi, a présenté ses excuses à la victime, selon ces médias, citant des responsables de l’association japonaise des sumo.

“Je ne me souviens de rien car j’avais beaucoup bu. Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça”, a déclaré M. Shikimori selon l’agence de presse Jiji.

Le jeune arbitre n’a pas l’intention de porter plainte mais l’association doit prendre des sanctions disciplinaires, a affirmé un média local.

“C’est gênant, car il est susceptible de superviser d’autres arbitres de haut niveau”, a déclaré le président de l’association, selon NHK.

NHK a déclaré que cette histoire avait porté un coup dur à l’association, qui a promis de prendre des mesures préventives pour éviter ce type de scandale.

Fin décembre, le grand champion de sumo Harumafuji, âgé de 33 ans et de nationalité mongole, a été inculpé pour avoir violemment agressé un rival lors d’une soirée arrosée en octobre. Ce scandale national au Japon l’a contraint à renoncer à sa carrière.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.