DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Présidentielle tchèque: duel pro-russe/pro-européen au second tour

Vous lisez:

Présidentielle tchèque: duel pro-russe/pro-européen au second tour

Présidentielle tchèque: duel pro-russe/pro-européen au second tour
Taille du texte Aa Aa

Les Tchèques devront retourner aux urnes les 26 et 27 janvier pour un duel présidentiel entre le chef de l’Etat sortant, le pro-russe Milos Zeman, arrivé samedi en tête du premier tour, et un rival sérieux, le pro-européen Jiri Drahos.

Un écart important sépare les deux adversaires: M. Zeman, 73 ans, connu aussi pour ses opinions pro-chinoises et anti-musulmanes, a obtenu 38,59% des suffrages, selon les résultats officiels portant sur 99,89% des bulletins, communiqués par le Bureau national des statistiques, tandis que M. Drahos, 68 ans, ancien patron de l’Académie des sciences, en a réuni 26,59%.

Il n’empêche, on s’achemine vers “un duel serré”, a estimé l’analyste indépendant Jiri Pehe, interrogé par l’AFP.

En effet selon un sondage, M. Drahos, auquel ses critiques reprochent un manque d’expérience politique, pourrait l’emporter au second tour, grâce aux reports de voix.

- ‘Enorme problème’ –

Pour M. Pehe, “Milos Zeman aura un énorme problème. Il est clair que les autres candidats derrière le duo de tête, c’est-à-dire Pavel Fischer, Marek Hilser et Michal Horacek, voteront Jiri Drahos au second tour”.

M. Drahos lui-même a dit compter sur “les voix de ceux qui n’ont pas voté pour Milos Zeman” au premier tour.

Il a affirmé que l’un des principaux thèmes de sa campagne sera “l’ancrage euro-atlantique de la République tchèque”, une manière indirecte de rappeler les amitiés russes et chinoises de son rival eurosceptique.

M. Drahos a évoqué aussi “une certaine fatigue” de Milos Zeman, faisant allusion aux problèmes de santé du président sortant, qui se déplace avec une canne.

Pendant les deux semaines qui le séparent du second tour, il souhaiterait affronter M. Zeman “face à face, lors d’un débat”, a-t-il dit, dans une autre allusion à un point faible du président sortant, qui s’est refusé à ce genre d‘échange avant le premier tour.

M. Zeman lui a répondu du tac au tac. “Je n’ai jamais eu peur de participer à un débat, je suis toujours jeune et toujours plein d‘énergie, et tout débat me fait plaisir. Je viens d’entendre à la télévision M. Drahos et je vais satisfaire avec plaisir à sa demande”, a-t-il dit devant les journalistes.

- ‘Amis, amants et maîtresses’ –

Puis, toujours amateur de language frivole, il a invité ses partisans à aller voter au second tour “et prendre avec eux aussi leurs amis, amants et maîtresses”.

“Lors de la précédente présidentielle, j’ai obtenu 24% au premier tour et 54% au second tour, et cette année déjà 40% au premier tour. Je félicite Jiri Drahos pour sa belle deuxième place”, a encore dit Milos Zeman.

M. Zeman bénéficie notamment du soutien des milieux ruraux et des travailleurs manuels, tandis que M. Drahos est le candidat préféré des milieux intellectuels des grandes villes.

L’ancien ambassadeur tchèque en France, Pavel Fischer, arrive troisième avec 10,19%, suivi de près par l’homme d’affaires et auteur de chansons à succès Michal Horacek, 9,14%, et le médecin Marek Hilser, 8,82%.

Selon les estimations de l’agence CTK, le taux de participation au premier tour, qui s’est déroulé sur deux jours, était d’environ 60%, un résultat comparable à celui de la présidentielle de 2013, la première au suffrage universel direct, remportée par M. Zeman.

Le premier jour du scrutin, vendredi, a été marqué par l’attaque d’une jeune militante ukrainienne du groupe féministe radical Femen qui s’est ruée, torse nu, sur M. Zeman dans son bureau de vote.

Elle a crié plusieurs fois “Zeman – Putin’s slut” (Zeman, la putain de Poutine), avant d‘être rapidement maîtrisée par la garde rapprochée du chef de l’Etat.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.