DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Russie: Sergueï Lavrov s'en prend aux USA dans son bilan de l'année écoulée

Vous lisez:

Russie: Sergueï Lavrov s'en prend aux USA dans son bilan de l'année écoulée

Russie: Sergueï Lavrov s'en prend aux USA dans son bilan de l'année écoulée
Taille du texte Aa Aa

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a violemment attaqué les Etats-Unis lundi, dénonçant la position américaine sur les grands dossiers internationaux —Iran, Syrie, Corée du Nord— et accusant Washington de refuser “la réalité d’un monde multipolaire”.

Lors de sa conférence de presse bilan de 2017, le chef de la diplomatie russe a profité de quasiment toutes ses réponses pour critiquer les Etats-Unis avec lesquels les relations restent au plus bas près d’un an après la prise de fonction de Donald Trump.

“Malheureusement, nos collègues américains et leurs alliés continuent de vouloir imposer leurs vues en se basant exclusivement sur le diktat et l’ultimatum. Ils ne veulent pas écouter les points de vue d’autres centres de la politique mondiale”, a déclaré M. Lavrov, ajoutant “qu’ils ne veulent même pas reconnaître la réalité d’un monde multipolaire”.

“Ils utilisent de nombreuses méthodes, du déploiement d’un système global de défense antimissile aux sanctions unilatérales, à l’extra-territorialité de leur propre législation et aux menaces de résoudre tout problème international uniquement selon leur propre scénario”, a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie russe a ajouté que 2017 avait été une année “compliquée”, évoquant “les nombreux foyers de tensions dans différentes régions du monde” et précisant que “les menaces de Washington ont sérieusement aggravé la situation”, citant la crise dans la péninsule coréenne.

Le ministre russe a également critiqué le projet de bouclier antimissile américain en Asie, qui doit être étendu au Japon, et a accusé Washington de continuer à oeuvrer pour un changement de régime en Syrie.

Sergueï Lavrov s’est aussi longuement étendu l’Iran, exprimant son inquiétude après l’ultimatum du président américain Donald Trump pour obtenir un durcissement de l’accord sur le nucléaire iranien.

“Les dernières déclarations (du président américain) ne suscitent pas l’optimisme et ne renforcent pas la stabilité” de l’accord, a-t-il déclaré, assurant que Moscou continuerait de “s’assurer que les Etats-Unis acceptent la réalité, et la réalité, c’est que l’Iran remplit ses obligations”.

- ‘Préserver les intérêts’ –

Ces commentaires arrivent à quelques jours du premier anniversaire de l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, considéré lors de son élection comme étant proche de Moscou et dont plusieurs membres de l‘équipe de campagne sont sous le coup d’une enquête pour “collusion” avec la Russie.

Mais les relations avec l’administration Trump sont plus compliquées que sous Obama, a précisé M. Lavrov. “Les actions de l’administration actuelle sont malheureusement dans la lignée de l’administration Obama, en dépit de la ligne du président Trump durant la campagne électorale. Dans certains domaines, elle exerce même plus de pressions”, a-t-il déclaré.

Interrogé par la chaîne américaine CNN sur le fait que Moscou regrettait peut-être l‘élection de Donald Trump, Sergueï Lavrov a émis un petit rire avant de répondre brièvement que “regretter quelque chose, ce n’est pas ce que font les diplomates”.

“Nous travaillons avec les faits, et les faits que nous voyons aujourd’hui. C’est pourquoi nous faisons le nécessaire pour préserver les intérêts de la Russie dans les conditions actuelles”, a-t-il assuré.

M. Lavrov a également accusé les Etats-Unis d’avoir “peur” d’une compétition à armes égales dans plusieurs domaines, notamment l‘énergie et l’approvisionnement en gaz de l’Europe.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.