DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Auto: le jeune français Thomas Laurent s'engage en LMP1 avec Rebellion

Vous lisez:

Auto: le jeune français Thomas Laurent s'engage en LMP1 avec Rebellion

Auto: le jeune français Thomas Laurent s'engage en LMP1 avec Rebellion
Taille du texte Aa Aa

Le pilote français Thomas Laurent, âgé de 19 ans, a indiqué mardi qu’il allait rejoindre en 2018 l‘équipe suisse Rebellion Racing pour prendre part au Championnat du monde d’endurance (WEC) dans la catégorie-reine (LMP1), celle des plus gros prototypes.

Champion du monde de karting (KZ2) en 2015, vainqueur de “Road to Le Mans” en 2016, le Vendéen est passé tout près d’une victoire historique aux 24 Heures du Mans 2017, échouant seulement un tour derrière la Porsche N.2 avec une LMP2 de l‘équipe chinoise Jackie Chan DC Racing.

Avec ses équipiers Ho-Pin Tung et Oliver Jarvis, il a également terminé deuxième du championnat LMP2 la saison passée derrière Rebellion.

Thomas Laurent a participé à des tests probants avec Toyota au volant d’une LMP1 à l’issue de la course finale à Bahreïn mi-novembre mais s’est finalement mis d’accord avec l‘équipe suisse.

Rebellion Racing était engagé dans la catégorie LMP2 en 2017, mais le départ de Porsche qui laisse Toyota sans rival en LMP1 hybride a provoqué l’arrivée de nouveaux concurrents privés non-hybrides dans la catégorie reine unifiée pour la “super saison” de transition du WEC conçue par l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) en accord avec la Fédération internationale de l’automobile (FIA).

Celle-ci, qui débutera en mai 2018 et s’achèvera en juin 2019, comprendra notamment deux éditions des 24 Heures du Mans à un an d’intervalle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.