DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Maison de l'horreur en Californie: 13 frères et soeurs enfermés, certains enchaînés

Vous lisez:

Maison de l'horreur en Californie: 13 frères et soeurs enfermés, certains enchaînés

Maison de l'horreur en Californie: 13 frères et soeurs enfermés, certains enchaînés
Taille du texte Aa Aa

Treize frères et sœurs enfermés, dont un bébé de deux ans, certains enchaînés, affamés par leurs propres parents: la police a découvert une nouvelle maison de l’horreur, en Californie, faisant frémir les Etats-Unis et au-delà.

Le couple a été incarcéré pour torture et mise en danger d’enfants, et une caution de neuf millions de dollars chacun a été fixée pour leur éventuelle remise en liberté, a annoncé lundi la police du comté de Riverside, où est située la maison à Perris, à deux heures au sud-est de Los Angeles.

David Turpin et son épouse Louise, âgés respectivement de 57 et 49 ans, n’ont pour l’heure pas expliqué pourquoi plusieurs de leurs enfants ont été retrouvés enchaînés à leur lit dans le noir et dans une odeur pestilentielle.

C’est l’une des sœurs, âgée de 17 ans, qui a mis fin au cauchemar de la fratrie. Elle est parvenue à s‘échapper et a appelé dimanche matin le numéro d’urgence 911 depuis un appareil portable trouvé dans la maison.

L’adolescente, qui était “un peu maigre” et semblait n’avoir que 10 ans selon le communiqué de presse de la police, “affirmait que ses douze frères et sœurs étaient retenus à l’intérieur de la résidence par leurs parents, précisant que certains étaient attachés avec des chaînes et cadenas”.

A l’arrivée dans la maison, la police a initialement cru que les 12 personnes découvertes, “mal-nourries et très sales”, étaient toutes des mineures mais a ensuite réalisé que sept d’entre elles étaient adultes, âgées de 18 à 29 ans. La plus jeune avait deux ans.

- ‘Maman m’aime’ –

Les services de protection de l’enfance ont ouvert une enquête.

David Turpin est cité comme directeur d’une école privée à Perris par un site internet du département de l’Education. L’adresse, dans une résidence pavillonnaire récente, correspond à celle où vivent les Turpin.

D’après le Los Angeles Times citant des registres publics, le couple vivait à cette adresse depuis 2010 et auparavant au Texas. Ils auraient fait faillite deux fois.

Sur une page Facebook au nom de David-Louise Turpin, on voit le couple, dont la police a publié des photos prises au moment de leur incarcération, lors d’une cérémonie qui semble être un mariage.

Louise Turpin est en robe longue blanche, son époux en costume et ils sont entourés de treize personnes qui semblent toutes des enfants ou jeunes adultes, les filles aux cheveux longs et chatains portant toutes la même robe mauve à imprimé quadrillé sauf le bébé en robe rose.

Les garçons arborent la même coupe au bol que David Turpin.

Des clichés montrent le couple échangeant des alliances devant un homme habillé en Elvis Presley et tenant un micro, évoquant les mariages “kitsch” de Las Vegas.

Leur portfolio d’images sur la page Facebook les représente lors d’une autre cérémonie de mariage ou d’anniversaire d‘épousailles dans la même tenue avec le même avatar d’Elvis mais plus jeunes, en 2013 – le bébé n’est pas encore née.

Sur l’un des clichés, celle-ci est tenue par sa mère et vêtue d’un T-shirt où l’on lit “maman m’aime”.

Sur une autre photo de couverture publiée en avril 2016, les 13 enfants apparaissent avec leurs parents, tout sourire et portant le même tee-shirt rouge avec chacun un numéro, semblant les classer par âge: on y voit notamment “thing 3” (“chose 3”), “thing 5” ou encore “thing 12”, semblant faire référence aux enfants malicieux du livre “The Cat in the Hat” (Chat dans un chapeau) très populaire aux Etats-Unis.

“On avait vu deux ou trois adolescents l’an dernier qui tondaient la pelouse, et installer des décorations de Noël. Je n’aurais jamais cru que quelque chose de la sorte arriverait”, a réagi, stupéfait, Julio Reyes, un voisin de 38 ans.

“Je suis très choqué, j’ai une fille vous voyez, et c’est horrible que ça puisse arriver dans notre communauté”, ajoute-t-il interrogé par l’AFP.

- ‘Quelque chose de louche’ –

“Je me suis dit qu’ils suivaient des cours à domicile”, ce qui est relativement fréquent aux Etats-Unis, ajoute-t-elle. “On sentait qu’il y avait quelque chose de louche mais on ne veut pas penser du mal des gens”, a ajouté Kimberly Milligan, une autre voisine, citée par le Los Angeles Times.

Elle se sent à présent terriblement coupable après les révélations sur les mauvais traitements subis par cette fratrie: “comment personne n’a rien vu?”.

Cette nouvelle affaire, qui était reprise par des médias du monde entier, rappelle d’autres cas célèbres de séquestration: Ariel Castro, un chauffeur de car au chômage, avait faites prisonnières et violé pendant une dizaine d’années trois jeunes Américaines dans sa maison de Cleveland. Il a été arrêté en mai 2013, dénoncé par l’une d’elles parvenue à s’enfuir.

En 2009, Jaycee Dugard, 29 ans, avait été retrouvée dans le jardin d’une maison de la région de San Francisco, après avoir été séquestrée par un couple pendant 18 ans et avoir eu deux enfants avec son ravisseur.

En Autriche, Natascha Kampusch fut retrouvée en 2006 âgée de 18 ans errant dans les environs de Vienne après s‘être échappée du réduit où son ravisseur l’avait emprisonnée pendant huit ans, et Elisabeth Fritzl a été enfermée et violée pendant 24 ans par son père.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.