DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ski: Svindal et Reichelt plaident pour la sécurité

Vous lisez:

Ski: Svindal et Reichelt plaident pour la sécurité

Ski: Svindal et Reichelt plaident pour la sécurité
Taille du texte Aa Aa

Le Norvégien Aksel Lund Svindal et l’Autrichien Hannes Reichelt, victimes de chutes spectaculaires dans la descente de Kitzbühel en 2016, appellent les organisateurs à privilégier la sécurité samedi dans cette classique autrichienne de la Coupe du monde, à moins d’un mois des JO.

“Il ne faut plus que ce soit aussi extrêmement dangereux qu’il y a deux ans”, estime mardi dans les colonnes du quotidien Kronen Zeitung l’Autrichien de 37 ans, vainqueur dans la Streif en 2014.

“Kitzbühel, c’est le Monte-Carlo du ski”, abonde Svindal, 35 ans, actuel leader de la spécialité. “Là bas, les pilotes se prennent le mur à la plus petite inadvertance, il n’y a pas de marge d’erreur. C’est pareil pour nous à Kitz: zéro droit à l’erreur”.

Dans des conditions météorologiques chaotiques, les deux skieurs avaient il y a deux ans lourdement chuté à pleine vitesse dans le la Hausbergkante (l’un des passages les plus périlleux de la piste, NDLR).

Si Reichelt s’en était tiré avec quelques contusions, Svindal avait été victime d’une rupture d’un ligament croisé et du ménisque du genou droit et avait dû mettre fin à sa saison alors qu’il occupait la tête du classement général de la Coupe du monde.

“Malgré l’importance de Kitzbühel pour notre sport et le nombre de spectateurs que cela représente, il faut apprendre des erreurs de 2016 et ne pas chercher à faire courir la course à tout prix” si les conditions ne le permettent pas, estime Reichelt.

Considérée comme une des descentes les plus extrêmes au monde, avec une inclinaison pouvant atteindre plus de 85% et un piste enchaînant plusieurs profils techniques, la Streif fait l’objet d’améliorations constantes de sa sécurité, font valoir les organisateurs dans la station tyrolienne.

Depuis 2016, la Hausbergkante a notamment été équipée de rampes de projecteurs destinés à améliorer la visibilité dans ce passage comprenant un saut crucial.

- Une “catastrophe” pour Feuz –

Mardi soir, le directeur de course Markus Waldner a par ailleurs indiqué que les passages de la Mausefalle et de la Alte Schneise, dans le milieu du parcours, avait été amendés dans la journée.

Dans des conditions de glisse très rapide, le premier entraînement effectué dans la matinée (meilleur temps de l’Italien Christof Innerhofer en 1 min 55 sec 46/100), a en effet été marqué par des sauts d’une longueur record dans ces passages, ce qui a irrité plusieurs compétiteurs.

Le Suisse Beat Feuz, champion du monde de descente, avait notamment qualifié la piste de “catastrophe”. “En l‘état, on ne peut selon moi pas y disputer une course”, a-t-il déclaré dans des propos rapportés par l’agence sportive allemande SID, filiale de l’AFP. Le champion olympique autrichien Matthias Mayer l’avait quant à lui qualifiée d’“extrême”.

Deux skieurs avaient dû mettre définitivement fin à leur carrière après de graves chutes dans le saut final de la Streif, situé en aval: le Suisse Daniel Albrecht en 2009, et l’Autrichien Hans Grugger en 2011.

Outre la descente de samedi, Kitzbühel accueillera un super-G vendredi et un slalom dimanche.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.