DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les députés lèvent l'immunité du Premier ministre tchèque Babis

Vous lisez:

Les députés lèvent l'immunité du Premier ministre tchèque Babis

Les députés lèvent l'immunité du Premier ministre tchèque Babis
Taille du texte Aa Aa

Les députés tchèques ont levé vendredi l’immunité parlementaire du Premier ministre populiste démissionnaire Andrej Babis inculpé d’avoir profité illicitement de fonds européens, trois jours après l‘échec de son gouvernement minoritaire lors du vote de confiance.

Le Parlement “a voté en faveur” de la levée de l’immunité, a déclaré le vice-président de la Chambre basse, Tomio Okamura, précisant que 111 députés se sont prononcés pour et 69 contre, sur l’ensemble des 180 élus présents.

L’enquête pourra ainsi se poursuivre après la levée de l’immunité de M. Babis, livré à la justice.

M. Babis, 63 ans, milliardaire et deuxième fortune du pays selon Forbes, fait face à une inculpation dans l’affaire concernant la construction d’un complexe hôtelier avec un centre de conférences “Nid de Cigogne”, à 60 km au sud de Prague.

La police reproche à M. Babis d’avoir intentionnellement séparé en 2007-08 le “Nid de Cigogne” de son conglomérat de sociétés Agrofert, pour pouvoir bénéficier de deux millions d’euros de fonds européens destinés en principe aux petites et moyennes entreprises.

Chef du gouvernement minoritaire composé de membres de son mouvement centriste ANO et d’experts sans étiquette, nommé en décembre par le président Milos Zeman, M. Babis rejette toute accusation, et évoque une “pseudo-affaire politique” orchestrée par une “mafia”.

“Nous vivons dans un pays ou chacun peut commanditer une poursuite judiciaire pour faire probablement emprisonner quelqu’un”, a affirmé M. Babis, selon qui le dossier comporte un “grand nombre d’absurdités et de non-sens”.

La chambre basse a également levé l’immunité du vice-président d’ANO Jaroslav Faltynek, également inculpé dans la même affaire.

La chambre basse avait déjà levé en août l’immunité de ces deux hommes politiques, déjà députés lors de la précédente législature, mais ils l’ont retrouvée grâce à leur réélection au Parlement.

Le mouvement ANO (“Oui” en tchèque) de M. Babis a remporté 78 sièges à la chambre basse qui en compte 200, loin devant les huit autres formations présentes au sein de cette chambre très fragmentée.

Les députés de tous ces huit autres partis ont refusé mardi la confiance au cabinet de M. Babis, qui doit présenter formellement mercredi sa démission au président Zeman, tout en assurant l’intérim jusqu‘à la nomination d’un nouveau cabinet.

La démission interviendra deux jours avant le second tour de l‘élection présidentielle prévu les 26 et 27 janvier. M. Zeman brigue son second quinquennat, face à l’ex-chef de l’Académie des Sciences Jiri Drahos, légèrement favori selon les sondages.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.