DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Yémen: l'envoyé spécial de l'ONU quittera ses fonctions en février

Vous lisez:

Yémen: l'envoyé spécial de l'ONU quittera ses fonctions en février

Yémen: l'envoyé spécial de l'ONU quittera ses fonctions en février
Taille du texte Aa Aa

Le représentant spécial de l’ONU au Yémen, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, va quitter en février ses fonctions de médiateur dans le conflit qui ravage ce pays, a annoncé lundi l’organisation internationale.

Dans son communiqué, l’ONU n’a pas précisé qui remplacera Cheikh Ahmed, nommé en avril 2015.

Cheikh Ahmed “n’a pas l’intention de rester à ce poste au-delà de la fin de son contrat actuel expirant en février 2018”, a-t-elle ajouté. “Jusqu‘à la nomination d’un successeur, il reste engagé dans sa mission d’obtenir, par les moyens diplomatiques, la fin des violences, et d’aboutir à une solution politique”.

En près de trois ans, Cheikh Ahmed a parrainé plusieurs séries de négociations entre pouvoir et rebelles yéménites qui ont toutes échoué.

En mai 2017, son convoi a été la cible de tirs dans la capitale Sanaa, contrôlée par les rebelles Houthis.

Ces derniers accusent Cheikh Ahmed, et l’ONU, de partialité en faveur du pouvoir soutenu par le royaume saoudien.

En mars 2015, l’Arabie saoudite est intervenue à la tête d’une coalition militaire de pays arabo-musulmans pour appuyer le gouvernement yéménite, mais les forces loyalistes peinent à reconquérir le terrain perdu au profit des rebelles.

La guerre au Yémen a fait plus de 9.200 morts et près de 53.000 blessés. Selon l’ONU, ce pays, le plus pauvre du Moyen-Orient, est le théâtre de “la pire crise humanitaire du monde”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.