DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Golf: Woods de retour dans l'un de ses jardins à Torrey Pines

Vous lisez:

Golf: Woods de retour dans l'un de ses jardins à Torrey Pines

Golf: Woods de retour dans l'un de ses jardins à Torrey Pines
Taille du texte Aa Aa

L’Américain Tiger Woods, roi déchu du golf, retrouve le circuit professionnel américain (PGA) après un an d’absence jeudi à Torrey Pines (Californie), parcours où il a écrit parmi les plus belles pages de sa carrière.

A 42 ans, avec 79 titres, dont 14 en Grand Chelem, à son palmarès et une fortune colossale, Woods n’a plus rien à prouver.

Mais l’ancien N.1 mondial veut montrer qu’il n’est pas fini malgré quatre opérations du dos, dont une fusion lombaire, un enchaînement inédit de saisons calamiteuses depuis 2013 et une très médiatisée arrestation pour conduite sous influence d’un cocktail médicamenteux en 2017.

Sept semaines après son entrée en matière plutôt réussie lors du Hero World Challenge (9e), une épreuve semi-officielle sur invitation, début décembre aux Bahamas, Woods veut confirmer cette fois sur l’un des parcours les plus prestigieux et difficiles du circuit.

Il s’agira de sa 16e participation au Farmer Insurance Open, connu jusqu’en 2009 sous le nom de Buick Invitational.

Et son bilan est impressionnant, puisqu’il s’y est imposé à sept reprises et a toujours terminé dans le top 10, sauf en 2011 (44e), 2014 (80e) et 2017 (cut).

C’est aussi sur ce parcours tracé au bord de l’Océan pacifique que le “Tigre” a conquis son 14e et dernier titre du Grand Chelem en remportant l’US Open 2008 en barrages face à son compatriote Rocco Mediate, malgré une grave blessure à un genou.

Un an quasiment jour pour jour après sa dernière apparition sur le circuit PGA, lors de ce même Farmers Insurance Open, celui qui reste le joueur de golf le plus célèbre de la planète est dans de bien meilleures dispositions, physiques et mentales.

- ‘Je n’ai plus mal’ –

“Je n’ai plus mal, je peux frapper la balle comme je veux et la faire aller où je veux”, a souri Woods mercredi en conférence de presse

“Mais je ne sais pas à quoi m’attendre. Je vais faire mon maximum et me battre de mon mieux, mes ambitions sont réduites, car je n’ai pas joué depuis longtemps. Mon objectif, c’est d‘être prêt pour le Masters”, a insisté le 647e joueur mondial, en référence au premier tournoi du Grand Chelem de l’année début avril.

Depuis le Hero World Challenge, Woods qui a mis fin en décembre à sa collaboration avec Chris Como qui le conseillait depuis 2014, a beaucoup travaillé.

“J’ai travaillé sur mon endurance en compétition, j’ai frappé beaucoup de balles, j’ai besoin de retrouver de la puissance et des muscles mais l’heure est venue de jouer maintenant”, avait-il indiqué la veille.

Woods trouvera face à lui l’Espagnol Jon Rahm, nouveau N.2 mondial qui peut viser dans les semaines à venir le trône de l’Américain Dustin Johnson.

Comme beaucoup de joueurs de sa génération, Rahm, 23 ans, est venu au golf pour tenter d’imiter Woods.

“Beaucoup d’entre nous rêvent d’avoir la chance d‘être à ses côtés et de pouvoir l’affronter, j’espère que cela sera moi”, a avoué Rahm, vainqueur le week-end dernier du CareerBuilder Challenge à La Quinta (Californie).

Il vit très bien que le retour de Woods focalise l’attention.

“Plus les gens se concentrent sur Tiger, mieux c’est pour moi et pour mon jeu”, a-t-il avoué.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.