DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Open d'Australie: Federer en finale pour la 30e fois après une demie tronquée

Vous lisez:

Open d'Australie: Federer en finale pour la 30e fois après une demie tronquée

Open d'Australie: Federer en finale pour la 30e fois après une demie tronquée
Taille du texte Aa Aa

Roger Federer jouera sa trentième finale de Grand Chelem à l’Open d’Australie, en quête d’un vingtième titre, contre le Croate Marin Cilic, après une demie tronquée, vendredi à Melbourne.

Le jeune Sud-Coréen Chung Hyeon, révélation du tournoi à 21 ans, n’a pas pu défendre ses chances contre le maître helvétique à cause d’ampoules au pied qui l’ont contraint à jeter l‘éponge après à peine plus d’une heure de jeu. Deux jeux après avoir demandé un temps-mort médical, il a renoncé alors que le score était de 6-1, 5-2.

“Ca faisait très mal, je ne peux même pas marcher normalement maintenant. J’ai fait ce qu’il fallait faire, ce n‘était pas une bonne chose pour les spectateurs que je continue, je n‘étais pas capable de jouer au tennis”, a-t-il expliqué.

Le Suisse a rendu hommage au courage de son jeune adversaire. “Je savais qu’il avait eu des problèmes au pied avant ce match. Il devait avoir mal dès le début mais il ne le montrait pas. C’est quelque chose que j’apprécie. Ensuite j’ai vu qu’il souffrait de plus en plus”, a-t-il dit.

La finale Federer-Cilic sera le dixième duel entre les deux hommes. Le Suisse en a pour le moment gagné neuf, dont le dernier en novembre au Masters et le précédent en finale de Wimbledon en juillet. Souffrant lui aussi d’ampoule au pied, le Croate n’avait pas pu donner le meilleur de lui-même sur l’herbe anglaise. Son unique victoire date de 2014, en demi-finale de l’US Open. Elle lui avait ouvert les portes de ce qui reste son unique titre en Grand Chelem.

- A sens unique –

Le début du match contre Chung avait été à sens unique. L’enjeu d’une première demi-finale, mais surtout la stature intimidante du champion helvétique, avaient déjà de quoi paralyser le jeune homme. La différence d’expérience était écrasante. Federer en était à sa 43e demi-finale en Grand Chelem, Chung à sa première. A trois reprises seulement dans l‘ère professionnelle (depuis 1968) la différence d‘âge, près de 15 ans, avait été plus grande entre deux demi-finalistes de Grand Chelem.

Toujours au sommet de son jeu à 36 ans, Federer a immédiatement agressé le Coréen, notamment sur ses deuxièmes balles bien trop faibles. Ce dernier n’a jamais fait illusion, même pas un jeu, perdant son service d’entrée. Les spectateurs de la Rod Laver Arena ont ensuite assisté à un cavalier seul du quintuple vainqueur du tournoi, qui n’a toujours pas perdu un set dans l‘édition 2018.

Le premier Coréen en demi-finale d’un tournoi majeur, 58e mondial, avait créé la sensation en éliminant le Serbe Novak Djokovic en huitième de finale (et avant lui l’Allemand Alexander Zverev, 4e mondial).

Avec cette trentième finale (19 gagnées et 10 perdues), Federer creuse l‘écart avec son éternel rival, Rafael Nadal, qui en a joué 23. C’est lui qui prolonge l‘ère du “Big Four”, dont au moins un des membres est toujours allé en finale à Melbourne depuis 2006, alors que les trois autres semblent plus souffrir de l‘âge que lui. Nadal a abandonné sur blessure en quarts, Djokovic n‘était pas remis d’un problème au coude et Andy Murray était absent après une opération à la hanche.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.