DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine: nouvelles sanctions américaines, Moscou menace d'une "risposte"

Vous lisez:

Ukraine: nouvelles sanctions américaines, Moscou menace d'une "risposte"

Ukraine: nouvelles sanctions américaines, Moscou menace d'une "risposte"
Taille du texte Aa Aa

Les Etats-Unis ont annoncé vendredi de nouvelles sanctions liées au conflit en Ukraine et à l’annexion de la Crimée par Moscou, aussitôt jugées “absurdes” par la Russie qui menace d’une “riposte”.

La décision du Trésor américain, qui cible en tout neuf entités et 21 personnes, notamment de hauts responsables russes et des “ministres” séparatistes, risque ainsi de relancer la guerre des sanctions qui a fait rage l’an dernier entre Washington et Moscou.

Les relations entre les deux grandes puissances sont au plus bas. Le rapprochement promis et espéré par le président américain Donald Trump et son homologue russe Vladimir Poutine est pour l’instant resté lettre morte, sur fond d’accusations d’ingérence russe dans la présidentielle de 2016 aux Etats-Unis, et alors que l’enquête américaine sur ce dossier porte aussi sur des soupçons de collusion entre l‘équipe de campagne du milliardaire républicain et le Kremlin.

Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a prévenu fin 2017 que le conflit ukrainien restait “l’obstacle persistant” empêchant toute embellie. “Nous n’allons jamais revenir à des relations normales sans solution en Ukraine”, avait-il martelé, promettant de maintenir les sanctions tant que la Russie “ne sera pas revenue sur les actes qui les ont déclenchées”.

“Le gouvernement américain est déterminé à préserver la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine et à viser ceux qui tentent de saper les accords de Minsk”, signés début 2015 pour tenter de régler ce conflit qui a éclaté au printemps 2014 et qui perdure, a déclaré vendredi le secrétaire américain au Trésor Steve Mnuchin en annonçant les nouvelles sanctions.

Les nouvelles mesures concernent en premier lieu onze responsables séparatistes: des “ministres” des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, ainsi que le “gouverneur” de Sébastopol, en Crimée, tous accusés d’avoir entravé la paix ou d’exercer des fonctions gouvernementales en territoire ukrainien sans autorisation de Kiev.

- Turbines transférées en Crimée –

Le vice-ministre russe de l’Energie Andreï Tcherezov et un chef de service au sein du même ministère sont également sanctionnés. Ils avaient déjà fait l’objet de sanctions de l’Union européenne pour avoir détourné des turbines de gaz de l’Allemand Siemens vers la Crimée, confrontée à plusieurs coupures de courant massives depuis son annexion par Moscou en 2014.

Sergueï Topor-Gilka, directeur général de Technopromexport, filiale du conglomérat d’Etat russe Rostec et acquéreur des turbines, est aussi visé par les mesures américaines.

Le transfert des turbines l‘été dernier vers la Crimée est contraire aux contrats de vente, rappelle le Trésor américain, estimant qu’elles risquaient de “contribuer à l’annexion de la Crimée par la Russie en fournissant une source indépendante d‘énergie à la Crimée et à Sébastopol”.

C’est “une campagne de sanctions absurde qui n’a abouti et n’aboutira à aucun résultat”, a réagi le ministère russe des Affaires étrangères. “Si les autorités américaines préfèrent rompre les liens économiques (…) avec la Russie, c’est leur droit, comme nous nous réservons le droit de riposter.”

Selon la diplomatie russe, avec ces nouvelles sanctions imposées “sous un prétexte inventé de l’implication de la Russie dans la crise ukrainienne”, les Etats-Unis ne font que “montrer au monde entier leur propre impuissance”.

Le président de la commission des Affaires étrangères de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, a aussi jugé “hautement négatives” ces nouvelles sanctions. Elles “minent davantage les relations russo-américaines”, a déclaré Léonide Sloutsky, se disant “convaincu” qu’elles entraîneront une “réponse” de Moscou.

Dans un communiqué distinct, le département d’Etat américain a également condamné vendredi la ratification par la Russie d’un accord visant à mettre en place une force militaire conjointe avec le territoire séparatiste pro-russe d’Ossétie du Sud, une région géorgienne dont “l’indépendance” a été reconnue par Moscou.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.