DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Corée du Sud: colère après l'incendie meurtrier dans un hôpital

Vous lisez:

Corée du Sud: colère après l'incendie meurtrier dans un hôpital

Corée du Sud: colère après l'incendie meurtrier dans un hôpital
Taille du texte Aa Aa

Les familles des victimes de l’incendie qui a ravagé vendredi un hôpital en Corée du Sud et fait au moins 37 morts clamaient samedi leur colère après ce nouveau désastre qu’elles estiment dû à des défauts de construction ou de sécurité.

Le feu, dont la cause n’a pas encore été déterminée de façon certaine, s’est déclaré aux urgences, dans une salle où se trouvaient notamment deux climatiseurs réversibles qui pourraient être à l’origine d’un court-circuit, et a immédiatement envahi tout le bâtiment de ce petit hôpital de la ville de Miryang (sud-est).

Environ 200 personnes se trouvaient à l’intérieur à ce moment-là, en grande partie des femmes âgées. Outre les 37 morts, 34 patients et trois membres du personnel médical, il y a eu environ 130 blessés.

Quelle que soit la cause de l’incendie, les gens en colère s’indignaient de l’absence, dans un hôpital, de système d’extincteurs automatiques. Une nouvelle réglementation doit entrer en vigueur en juin prochain, les rendant obligatoires.

Et le président Moon Jae-in, qui s’est rendu sur place, a promis de nouvelles normes pour éviter désormais ce genre de désastre.

Samedi également, par coïncidence, avait lieu un hommage aux 29 personnes tuées un mois auparavant dans l’incendie d’un gymnase. Ce nouveau désastre a encore accentué la colère des familles, qui ont pris à parti les responsables venus assister à la cérémonie, leur reprochant des failles dans la sécurité qui rendent les incendies particulièrement meurtriers.

Alors que la Corée du Sud, quatrième économie d’Asie, s’apprête à accueillir les jeux Olympiques d’hiver, un peu partout des voix s‘élevaient contre le manque de réglementation en matière de sécurité. Le pays compte nombre de bâtiments publics construits à la hâte il y a des années.

Par-delà la colère, le pays célébrait également les héros anonymes qui ont contribué à sauver des vies dans l’incendie de l’hôpital. Notamment des infirmières ou médecins prenant le temps, au risque de leur vie, de s’assurer que les patients les plus faibles étaient évacués.

Mais aussi un homme qui se trouvait non loin de là avec son camion de déménagement pourvu d’une longue échelle et qui s’est précipité vers l’hôpital lorsqu’il a entendu la nouvelle.

Alors que les secours n‘étaient pas encore arrivés, il a aidé de nombreuses personnes à sortir par les fenêtres.

“Il a levé son échelle jusqu‘à une fenêtre où des gens criaient à l’aide, les a aidés à descendre, puis a bougé l‘échelle jusqu‘à la fenêtre suivante, et ainsi de suite”, a raconté un témoin selon lequel l’homme est parti sans dire son nom dès l’arrivée des secours.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.