DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fusillade dans un bal populaire dans le nord-est du Brésil : 14 morts

Vous lisez:

Fusillade dans un bal populaire dans le nord-est du Brésil : 14 morts

Fusillade dans un bal populaire dans le nord-est du Brésil : 14 morts
Taille du texte Aa Aa

Une fusillade dans un bal populaire de Fortaleza, dans le nord-est du Brésil, a fait au moins 14 morts dans la nuit de vendredi à samedi, ont annoncé les autorités, les médias locaux évoquant un règlement de comptes entre trafiquants de drogue.

“Nous pouvons confirmer 14 morts, sachant que certaines personnes sont encore dans un état grave à l’hôpital”, a déclaré au cours d’une conférence de presse André Costa, le secrétaire à la Sécurité de l‘État du Ceara, dont Fortaleza est la capitale, sans préciser le nombre des blessés.

Parmi ces 14 personnes tuées, sept ont été identifiées par les autorités : trois hommes, deux femmes et deux adolescentes. Le journal local O Povo a pour sa part annoncé que huit femmes et six hommes avaient été tuées.

Un porte-parole de l’Institut José Frota, le principal hôpital de la ville, a expliqué à l’AFP que six personnes avaient été admises aux urgences, dont un garçon de 12 ans, et que dix blessés moins graves avaient été hospitalisés dans un autre établissement.

Le site du quotidien régional Diario do Nordeste a cité une source policière évoquant un règlement de comptes entre deux factions rivales de trafiquants de drogue, un gang local, les Guardioes do Estado (Gardiens de l‘État), et le Comando Vermelho (Commando rouge) originaire de Rio, avec des ramifications dans tout le Brésil.

“Nous ne sommes pas encore en mesure de confirmer s’il s’agit d’un affrontement entre factions, l’enquête est en cours”, a pour sa part dit le secrétaire à la Sécurité.

La fusillade a eu lieu vers 01h30, quand un groupe d’hommes fortement armés sont arrivés à bord de trois véhicules et ont fait irruption dans le Forro do Gago (le Bal du bègue en portugais), à l’intérieur du quartier de Cajazeiras, dans le centre de Fortaleza

À la mi-journée, le sentiment d’insécurité était encore palpable : les rues du quartier étaient totalement désertes, les habitants restant enfermés chez eux, a constaté un photographe de l’AFP.

Les lieux du drame ont été totalement bouclés par la police, mais un impact de balle était visible de l’extérieur, ainsi que quelques sandales abandonnées dans leur fuite par des personnes ayant participé au bal.

“C’est une scène brutale, un massacre. Du jamais vu au Ceara”, a déclaré un autre policier qui a souhaité garder l’anonymat, cité par le site internet d’informations G1.

Bien qu’il ait reconnu qu’il s’agit de la tuerie la plus meurtrière jamais enregistrée dans cet Etat pauvre mais aussi très touristique du nord-est brésilien, le secrétaire André Costa a assuré que l’Etat n’avait “pas perdu le contrôle” en termes de sécurité, évoquant un “cas ponctuel”.

Le 7 janvier, la guerre des gangs de trafiquants de drogue avait pourtant déjà fait quatre morts dans un règlement de comptes en banlieue de Fortaleza.

Le pire massacre de ce genre dans l’Etat du Ceara avant celui de samedi avait eu lieu le 12 novembre 2015, quand 11 personnes avaient trouvé la mort dans la nuit.

En 2017, cet Etat a recensé un record de 5.114 homicides, 50% de plus qu’en 2016.

Au niveau national, le Brésil a enregistré un record en 2016 avec 61.619 homicides, soit sept par heure en moyenne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.