DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ski: "Un vrai combat" pour Tessa Worley

Vous lisez:

Ski: "Un vrai combat" pour Tessa Worley

Ski: "Un vrai combat" pour Tessa Worley
Taille du texte Aa Aa

“C‘était un vrai combat”, a reconnu la Française Tessa Worley après sa première victoire de l’hiver lors du slalom géant de Lenzerheide (Suisse), avec un timing idéal à seulement un peu plus de deux semaines des jeux Olympiques à Pyeongchang (Corée du Sud, 9-25 février).

Q: Comment avez-vous vécu cette journée, et ce premier succès de l’hiver?

R: “J’avais vraiment à coeur de profiter de cette journée, de me faire plaisir, d‘être à l’attaque. J’ai réussi à profiter de ce moment, c‘était agréable. La première manche n‘était pas simple: le tracé et la piste faisaient que c‘était un combat. Je n’ai pas lâché cette envie et cet état d’esprit. Par la suite, je voulais rester sur cet engagement. C’est sûr qu’après une première manche avec le meilleur temps, ce n’est jamais évident de gérer ses émotions. L’idée c‘était de prendre les manches bien séparément et faire de cette seconde comme une course à elle seule. C‘était un vrai combat, parce qu’en partant 30e, la piste était un petit peu dégradée et elle était exigeante. Il a fait très chaud en seconde manche, forcément la neige se transforme un peu. Mais ça allait, on a connu pire.”

Q: Le timing n’est pas volontaire, mais idéal. Une victoire à deux semaines des Jeux, ça fait forcément du bien.

R: “Ça fait toujours du bien une victoire. On la prend toujours, notamment si proche des Jeux. C’est du positif, mais je n’oublie pas qu‘à chaque course, on remet tout à zéro, il faut refaire tout le boulot. Mais c’est déjà une satisfaction d’avoir réussi à faire ce que je n’avais pas réussi depuis le début de l’hiver, à savoir faire deux manches à l’attaque et puis à aller chercher une victoire.”

Q: Vous voilà dans le “club des quatre” à avoir remporté au moins un géant cet hiver (avec Viktoria Rebensburg, Mikaela Shiffrin et Federica Brignone). Faut-il y voir un signe pour la course des Jeux, dès le 12 février?

R: “Je pense que les Jeux, c’est la course d’un jour, tout le monde à envie d’y briller, tout le monde prend des risques. Oui, il y a une grosse concurrence, donc il faut s’attendre à ce que tout le monde soit vraiment présent ce jour-là. On va avoir une période de préparation comme on a pu l’avoir sur les autres événements. D’habitude, la course est vers la fin des Championnats du monde par exemple, donc il peut y avoir de la pression extérieure sur laquelle on n’a pas trop de pouvoir. Au moins là, on arrive sur les Jeux et on fait notre course. Il n’y aura pas à réfléchir.”

Propos recueillis par Thomas BACH au téléphone.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.