DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: Marseille et Monaco régalent, mais ne profitent pas

Vous lisez:

Ligue 1: Marseille et Monaco régalent, mais ne profitent pas

Ligue 1: Marseille et Monaco régalent, mais ne profitent pas
Taille du texte Aa Aa

Marseille et Monaco (2-2) n’ont pas pu se départager au bout d’une belle publicité pour la Ligue 1, et personne ne profite du faux-pas de Lyon, dimanche: trois équipes se tiennent en un point pour la 2e place.

L’OM rejoint l’OL, battu à Bordeaux (3-1), avec 48 points, et le champion de France en titre reste une longueur derrière après cette 23e journée. Et la Guerre des dauphins continue avec Monaco-Lyon dimanche prochain !

Dans un mouchoir, donc, mais brodé de soie, car les deux équipes ont offert un match magnifique. Chacune a mené et répondu du tac-au-tac aux buts de l’autre. Adil Rami a égalisé (7e) après l’ouverture du score de Keita Balde (4e), puis Fabinho (51e) a répondu à Valère Germain (47e).

L’OM n’a pas sauté sur l’occasion de prendre seul la deuxième place, comme les parachutistes qui ont amené le ballon du match avant le coup d’envoi, mais il reste en embuscade.

Marseille a aussi en partie effacé le terrible 6-1 concédé à l’aller, mais l’ASM reste un os: il ne l’a plus battue depuis le 10 mai 2015 (2-1).

Dans un Vélodrome vrombissant, cet OM a confirmé sa solidité et sa régularité, il a concédé seulement ses deux premiers buts de l’année 2018 toutes compétitions confondues, mais il n’a toujours pas accroché un gros à son palmarès.

- Intensité Ligue des champions

Un peu comme le 2-2 contre le Paris SG, ce choc laisse les hommes de Rudi Garcia sur leur faim, ils pouvaient mieux faire puisqu’ils se sont créé plus d’occasions.

Monaco a offert de belles séquences de jeu, avec un Djibril Sidibé en forme internationale, et s’est repris de son élimination contre Lyon en Coupe de France (3-2) en semaine. Il lui reste une demi-finale de Coupe de la Ligue, mercredi à Louis II contre Montpellier, avant de recroiser Lyon, pour ces dix jours où sa saison peut basculer.

En attendant, les deux équipes méditerranéennes ont montré qu’elles voulaient la Ligue des champions, elles ont livré un combat de l’intensité de la reine des compétitions de clubs.

Comme d’habitude, l’OM a mal commencé son match contre l’ASM en encaissant un but très tôt, sur un contre à vitesse intersidérale conclu par Keita Balde et parti d’une interception de Djibril Sidibé d’une passe trop courte de Dimitri Payet (4e).

Mais contrairement à d’habitude, l’OM a tout de suite réagi par Adil Rami, à la conclusion d’une attaque qu’il avait lui-même initiée sur une montée rageuse. Florian Thauvin en a profité pour signer sa 10e passe décisive en championnat.

- Payet imprécis –

Rami, un peu court sur Balde trois minutes plus tôt, a dévoré Jemerson sur son impulsion.

Après ce départ canon, l’OM a progressivement pris l’ascendant, mais Payet, très imprécis en première période, a gâché une balle de 2-1 en frappant trop haut seul face à Danijel Subasic (28e).

Le capitaine de l’OM, nerveux et averti (36e), s’est racheté en donnant sur coup franc la balle du deuxième but à Valère Germain, qui a marqué d’une tête plongeante face à ses anciens coéquipiers (47e).

Le match semblait prendre la bonne inclinaison pour l’OM, mais Fabinho a mystifié en dribbles toute la défense marseillaise, en partant tout droit, juste en chaloupés légers, pour égaliser (51e).

Monaco a cru tenir le KO, mais le but de la tête de Jemerson a été refusé pour un hors-jeu discutable (56e).

Le match s’est franchement emballé, chaque équipe tirant ses flèches. Germain puis Sanson (57e) ont manqué le 3-2, puis Steve Mandanda d’un bond de chat a gommé une virgule de Rachid Ghezzal qui allait s‘écrire dans sa lucarne (68e).

La fin a franchement été dominée par l’OM, mais ni la volée de Germain (79e) ni la frappe de Sanson (83e) n’ont accroché le cadre pour prendre l’ascendant dans la course à la C1. Partie remise ?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.