DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coupe de la Ligue: Paris bat Rennes en demi-finales et visera la passe de cinq

Vous lisez:

Coupe de la Ligue: Paris bat Rennes en demi-finales et visera la passe de cinq

Coupe de la Ligue: Paris bat Rennes en demi-finales et visera la passe de cinq
Taille du texte Aa Aa

Paris a battu Rennes pour la troisième fois en un mois et demi (3-2), mardi, et s’est qualifié pour la finale de la Coupe de la Ligue qu’il tentera de remporter pour la 5e fois consécutive, le 31 mars.

La rencontre a été marquée par les premiers pas sous les couleurs parisiennes de Lassana Diarra en fin de match, et par la première exclusion de la carrière de Kylian Mbappé.

Bousculés en première période, avec notamment un but égalisateur refusé à Wahbi Khazri après recours à la vidéo (43), Paris a même tremblé en fin de match, quand Rennes est revenu de 0-3 à 2-3 dans le temps additionnel.

La vidéo a joué un rôle important dans cette rencontre, puisqu’un but a aussi été refusé à Mbappé, avant que l’attaquant international ne se fasse exclure (63) pour un vilaine faute sur Ismaïla Sarr. Une faute qui n‘était pas sans rappeler celle du Stéphanois Kévin Théophile-Catherine, fin septembre, qui avait valu trois mois d’arrêt à l’attaquant sénégalais.

Facile vainqueur en championnat (4-1) et en Coupe de France il y a un peu plus de trois semaines (6-1), le PSG se doutait bien qu’il risquait de trouver plus de répondant en face cette fois-ci.

Cavani laissé sur le banc et Pastore titularisé, mais sorti à la pause, Paris a connu une première période inconfortable, malgré son habituelle possession de balle.

L’entraîneur rennais Sabri Lamouchi, qui avait vu par deux fois son 4-1-4-1 prendre l’eau, avait cette fois opté pour un 4-4-2 bien plus compact et positionné plus bas.

- Réaction trop tardive –

Il a fallu un but magnifique mais chanceux de Thomas Meunier – une frappe lobée du coup de pied qui a trouvé le petit filet d’Abdoulaye Diallo, impuissant, après un contre favorable à l’entrée de la surface – pour percer la défense rennaise (1-0, 24).

Hormis une volée de Di Maria déviée au-dessus de ses cages par Diallo, l’attaque parisienne a été bien muselée.

Au retour des vestiaires, sans donner l’impression d’accélérer outre-mesure, mais peut-être face à des adversaire déjà émoussés par leurs efforts du premier acte, Paris a rapidement pris le large.

C’est d’abord Marquinhos qui se trouvait bien placé pour pousser dans le but vide une frappe de Di Maria repoussée par Diallo (54).

Et moins de cinq minutes plus tard, Lo Celso qui avait remplacé Pastore à la pause, semblait avoir tué tout suspense sur une frappe en angle fermée qui passait entre les jambes du gardien international sénégalais de Rennes (3-0, 58).

Après l’exclusion de Mbappé (63), Rennes avait la satisfaction de voir sa recrue offensive de ce mercato hivernal, Diafra Sakho ouvrir son compteur pour son premier match.

Entré à la place de Gourcuff au début du second acte, il a d’abord raté deux occasions avant de trouver la faille d’une très jolie tête décroisée (3-1, 85).

Un frappe lointaine et précise de Sanjin Prcic dans le temps additionnel, a même fait douter les Parisiens (3-2, 90+3), mais cette réaction est venue trop tard.

Quadruple tenant du titre, Paris sera bien à Bordeaux le 31 mars pour la finale. Son adversaire sera désigné par la seconde demi-finale Monaco-Montpellier, qui se déroule mercredi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.