DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Yémen depuis le soulèvement de 2011

Vous lisez:

Le Yémen depuis le soulèvement de 2011

Le Yémen depuis le soulèvement de 2011
Taille du texte Aa Aa

Rappel des principaux développements au Yémen depuis le soulèvement en 2011.

- Hadi au pouvoir –

Le 27 janvier 2011, début d’une contestation qui va mobiliser des dizaines de milliers de manifestants réclamant le départ du président Ali Abdallah Saleh. D’importantes tribus se joignent au mouvement, suivies par des officiers de l’armée.

Le 23 novembre, M. Saleh signe à Ryad avec l’opposition parlementaire un accord de transition parrainé par les monarchies arabes du Golfe, en vertu duquel il doit remettre le pouvoir à son vice-président, Abd Rabbo Mansour Hadi, en échange de l’immunité pour lui-même et ses proches.

Le 27 février 2012, il cède officiellement le pouvoir à M. Hadi, après 33 ans de règne.

- La rébellion à Sanaa –

Pendant l‘été 2014, les Houthis, s’estimant marginalisés après l’insurrection, lancent une offensive depuis leur fief de Saada (nord).

Issus de la minorité zaïdite (branche du chiisme), les Houthis contestent depuis une décennie le pouvoir central. Ils sont soutenus par l’Iran, qui dément toute implication militaire.

Le 21 septembre, les rebelles, alliés à de puissantes unités militaires restées fidèles à M. Saleh, entrent dans Sanaa et s’emparent du siège du gouvernement après plusieurs jours de combats. En octobre, les Houthis prennent le port de Hodeida (ouest) puis progressent vers le centre.

Le 20 janvier 2015, ils s’emparent du palais présidentiel à Sanaa.

Le 21 février, le président Hadi fuit Sanaa pour Aden (sud), qu’il proclame capitale “provisoire”.

En mars, les Houthis avancent vers le sud et s’emparent d’Aden. Leur chef, Abdel Malek al-Houthi, justifie l’offensive par la lutte contre les extrémistes sunnites d’Al-Qaïda et du groupe Etat islamique (EI).

- ‘Tempête décisive’ –

Le 26 mars 2015, neuf pays dirigés par l’Arabie saoudite lancent l’opération aérienne “Tempête décisive” (puis “Restaurer l’espoir”) pour contrer l’avancée des Houthis vers le sud. Le président Hadi se réfugie à Ryad.

Le 17 juillet, le gouvernement annonce la “libération” de la province d’Aden, premier succès des forces loyalistes appuyées par la coalition arabe sous commandement saoudien.

Jusqu‘à mi-août, les forces loyalistes parachèvent la reprise de cinq provinces du sud, mais peinent à les sécuriser face à Al-Qaïda et l’EI.

En octobre, les forces loyalistes reprennent le contrôle du détroit de Bab al-Mandeb, par où transite une bonne partie du trafic maritime mondial.

En janvier 2017, les forces gouvernementales appuyées par l’aviation et la marine de la coalition déclenchent une opération dans l’ouest. Le but est de reprendre les zones longeant la mer Rouge.

Cette guerre a fait depuis plus de 9.200 morts et près de 53.000 blessés. Selon l’ONU, le pays est le théâtre de “la pire crise humanitaire au monde”.

- Rupture de l’alliance rebelle –

Le 23 août 2017, la direction des Houthis qualifie de “traître” l’ex-président Saleh pour les avoir présentés comme des “miliciens”. Le 29 novembre, la crise entre M. Saleh et les Houthis dégénère à Sanaa, où de violents combats éclatent entre les deux alliés.

Le 2 décembre, M. Saleh propose à l’Arabie saoudite de “tourner la page”, à condition qu’elle lève le blocus renforcé un mois plus tôt après un tir de missile par les Houthis au-dessus de Ryad.

Le 4 décembre, M. Saleh est tué par des rebelles Houthis, qui renforcent leur emprise à Sanaa.

- Du camp gouvernemental –

Fin avril 2017, l’ex-gouverneur d’Aden, Aidarous al-Zoubaidi, est limogé par le président Hadi. Le 11 mai, M. Zoubaidi annonce la mise en place d’un “Conseil de transition du Sud”, une autorité parallèle dominée par des séparatistes.

Le 28 janvier 2018, des forces séparatistes s’emparent du siège transitoire du gouvernement à Aden après des affrontements meurtriers avec l’armée loyaliste. Le Premier ministre dénonce un “coup de force” séparatiste et demande à la coalition d’intervenir.

Le 29, la ville d’Aden est de nouveau le théâtre de violents combats entre forces séparatistes et militaires gouvernementaux, qui utilisent des chars et de l’artillerie lourde.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.