DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tournoi: le XV de France entame l'ère Brunel par une défaite cruelle

Vous lisez:

Tournoi: le XV de France entame l'ère Brunel par une défaite cruelle

Tournoi: le XV de France entame l'ère Brunel par une défaite cruelle
Taille du texte Aa Aa

Cruel. Le XV de France a été battu à la dernière seconde par l’Irlande (13-15), sur un drop de Jonathan Sexton, pour les débuts du nouveau sélectionneur Jacques Brunel, samedi en ouverture du Tournoi des six nations au Stade de France.

L’enceinte de Saint-Denis a pourtant bien cru voir les Bleus remporter une victoire qui les fuyait depuis 322 jours, et un succès arraché face au pays de Galles le 18 mars 2017 (20-18) en clôture du Tournoi-2017.

D’abord quand Teddy Thomas, d’un exploit personnel rappelant ces débuts tonitruants sous le maillot tricolore, à l’automne 2014, a permis au XV de France, à la 72e minute, de passer devant 13 à 12.

L’ailier du Racing 92, servi par Antoine Dupont petit côté à près de quarante mètres de l’en-but irlandais, a ainsi slalomé entre plusieurs défenseurs pour aller aplatir sous les vivas d’un public en folie.

Puis quand la mêlée bleue a obtenu une pénalité dans les 22 mètres irlandais qui aurait mis les Bleus à l’abri d’un coup de pied (77).

Las! Anthony Belleau, entré à l’ouverture à la 30e minute à la place de Matthieu Jalibert, blessé au genou gauche pour sa première sélection, a manqué la mire.

Résultat au bout: 41 temps de jeu imposés par le XV du Trèfle pour mettre Sexton dans un fauteuil et lui permettre d’inscrire le drop de la gagne, dans l’axe à trente mètres des perches françaises.

“Le scénario est terrible par rapport à toute l‘énergie dépensée (…) L‘équipe est touchée, déçue, mais doit avoir beaucoup de fierté pour ce qu’elle a démontré”, a commenté Brunel.

- Indiscipline –

Le symbole de la maîtrise collective irlandaise face à un XV de France plus inexpérimenté et au vécu moindre, avec seulement quinze jours de préparation et un encadrement constitué à la va-vite autour de Brunel après l‘éviction de Guy Novès le 27 décembre.

La série d’insuccès entamée sous Novès s’est donc poursuivie avec Brunel: sixième défaite et un nul sur les sept dernières rencontres, qui place les Bleus d’emblée en difficulté pour la suite du Tournoi et le déplacement en Ecosse dimanche prochain. Suivront la réception de l’Italie (23 février), de l’Angleterre (10 mars), avant un dernier rendez-vous au pays de Galles (17 mars).

La faute, outre ce drop de Sexton, à une trop grande indiscipline: 10 pénalités concédées, dont certaines évitables, qui ont permis à Sexton de creuser l‘écart, avant l’essai de Thomas.

Celle de Sébastien Vahaamahina (39) a ainsi permis aux Irlandais de mener 9 à 3 à la mi-temps, et celle de Henry Chavancy de porter la marque à 12 à 3 en début de seconde période (47).

A force de défendre, les Bleus se sont inévitablement exposés aux fautes. Car ils ont mis du coeur à l’ouvrage, beaucoup même, comme promis, pour pallier leur temps de préparation réduit.

- Défense héroïque, attaque stérile –

Ils ont ainsi bataillé avec férocité dans les regroupements et en montant de façon agressive en défense pour empêcher le XV du Trèfle de gagner la ligne d’avantage, dans le sillage de leur capitaine Guilhem Guirado, leader de combat.

Mais malheureusement, ils n’ont fait quasiment que ça: selon les statistiques officielles, 238 plaquages réalisés, contre 95 pour le XV de Trèfle, pour un taux de possession et d’occupation dépassant à peine les 30%.

Et en attaque, hormis sur l’exploit personnel de Thomas, ils ne sont jamais parvenus à déstabiliser le rideau défensif adverse.

Leurs trois premières possessions ont symbolisé leur stérilité offensive: Yacouba Camara a été poussé en touche sur la première, ils ont reculé d’une trentaine de mètres sur la deuxième, puis d‘à peine moins sur la suivante.

Reste comme motif d’espoir cette débauche d‘énergie déployée en défense, cette solidarité affichée, cette volonté de ne jamais renoncer.

“On voulait partir sur des choses simples, et surtout créer un état d’esprit. On l’a montré sur le terrain. C’est une bonne base. Il faut travailler tous les secteurs, être meilleurs. Mais dans l’investissement de chacun, l‘état d’esprit, il y a vraiment beaucoup des choses positives”, a estimé Brunel.

Des qualités insuffisantes pour l’emporter déjà affichées sous le mandat de son prédécesseur.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.