DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: Lyon dévisse et inquiète avant l'Europe

Vous lisez:

Ligue 1: Lyon dévisse et inquiète avant l'Europe

Ligue 1: Lyon dévisse et inquiète avant l'Europe
Taille du texte Aa Aa

Battu à domicile par Rennes (2-0), pour sa troisième défaite de suite en championnat, Lyon décroche dans la course à la Ligue des champions et inquiète avant de retrouver l’Europe contre Villarreal cette semaine en C3, dimanche à l’issue de la 25e journée de L1.

Les Lyonnais, qualifiés cette semaine en quarts de Coupe de France après leur victoire à Montpellier mercredi (2-1), se retrouvent à cinq points de Monaco (2e) et à quatre longueurs de Marseille (3e).

En revanche, le Stade Rennais, qui restait sur une série de trois revers de rang donc deux en L1 et un autre face au PSG en Coupe, remonte au 8e rang.

D’entrée de jeu, l’OL s’est mis dans la plus mauvaise situation en concédant un but dès la 6e minute, Wahbi Khazri profitant d’une maladresse de Marcelo à la réception d’un ballon en profondeur pour venir aligner le gardien Anthony Lopes. Et le coup de grâce a été porté par James Lea Siliki pour porter le score à 2-0 dans le temps additionnel (90e+3).

L’OL réclamera sûrement un penalty non sifflé sur Nabil Fekir après une poussette de Jérémy Gelin (57e), ce qui a valu à l’international français un carton jaune pour protestation, mais il ne devra pas invoquer l’arbitrage tant ses faiblesses ont été flagrantes sur cette rencontre.

Pas de mouvement autour du porteur du ballon, notamment en première période, succession de mauvaises passes et d’imprécision sur les centres, prises de balle incertaines et surtout occasions ratées… La note est lourde.

Ainsi, Mariano a manqué de spontanéité après une passe de Bertrand Traoré et un centre de Ferland Mendy (15e).

Pour le reste, le gardien rennais, Tomas Koubek, a été décisif: il repousse une tentative de Traoré (37e) et s’interpose facilement sur une autre de Nabil Fekir (38e) lequel a tiré au-dessus juste avant (37e). Enfin, Koubek s’impose difficilement sur un tir de Traoré (41e) puis sur une action de Fekir sans que Cornet ne puisse convertir l’occasion en but (47e).

- Fekir dans un désert –

Memphis Depay, entré à la mi-temps à la place de Mariano, inexistant, rate lui aussi le cadre deux fois, à la réception d’un centre de Cornet (64e) et sur un autre de Fekir (69e), lequel a tout tenté, après la mi-temps, pour dynamiser son équipe, sans succès.

Souvent en difficulté face à des adversaires évoluant avec un bloc bas, Lyon n’a pas affronté cette fois-ci une formation cherchant systématiquement à fermer le jeu en première période, même si, hormis ses deux buts, seul Benjamin Bourigeaud a été dangereux sur un tir croisé passant à côté (37e).

Les Lyonnais, malgré une large possession et une grosse domination après la mi-temps, n’ont surtout pas affiché la cohésion nécessaire et la vitesse d’exécution qu’il aurait fallu pour déborder une équipe de Rennes se repliant très vite à la perte du ballon.

Et l’entrée du jeune attaquant Amine Gouiri (18 ans) à la place de Tanguy Ndombélé en fin de partie, pour ajouter un élément offensif supplémentaire, n’a pas permis à l’OL de revenir à la marque. Au contraire, puisque c’est le Stade Rennais qui a encore marqué en fin de match.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.