DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tournoi: les cinq points à retenir de la 2e journée

Vous lisez:

Tournoi: les cinq points à retenir de la 2e journée

Tournoi: les cinq points à retenir de la 2e journée
Taille du texte Aa Aa

La France encore battue, l’anniversaire gâché de Gatland, les blessures de l’Irlande, la mauvaise passe de Parisse et la bonne de Thomas, voici les cinq points à retenir de la 2e journée du Tournoi des six nations, disputée samedi et dimanche.

+ L’indiscipline des Bleus

Solides défensivement contre l’Irlande en ouverture (13-15), les Bleus ont craqué en Ecosse dimanche (26-32), faisant preuve d‘énormément d’indiscipline: ils ont été sanctionnés huit fois en seconde période, dont cinq dans les vingt dernières minutes pour permettre à Greig Laidlaw de donner la victoire à l’Ecosse.

Elle peut encore rêver à la première place du Tournoi, malgré une défaite initiale au pays de Galles (34-7). Pas la France, qui en est désormais à 8 tests sans victoire…

+ Teddy Thomas sur sa lancée

L’ailier du Racing 92 est l’homme en forme des Bleus, qu’il a retrouvés en novembre après un an et demi d’absence. Auteur du seul essai du match perdu face à l’Irlande, le Biarrot d’origine a inscrit un doublé sur des exploits individuels similaires face à l’Ecosse. Il en est désormais à 8 essais en 10 sélections.

Le N.14 a brillé sur le premier temps fort des Bleus par un cadrage-débordement (3e), sur le second par un coup de pied par-dessus et un rebond favorable (27e).

+ L’anniversaire gâché de Gatland

Il aurait sans doute souhaité fêter ses dix ans à la tête du pays de Galles, par une victoire. Mais Warren Gatland peut néanmoins être fier de la prestation de ses joueurs samedi contre l’Angleterre à Twickenham (6-12): décimé par les blessures de près de la moitié de ses titulaires (Halfpenny, L. Williams, J. Davies, Biggar, Webb, Faletau, Warburton), le XV du Poireau, très discipliné (deux pénalités seulement sifflées à son encontre!), a fait douter le double tenant du titre et de nouveau montré sa force de résilience dans une rencontre disputée sur un rythme effréné.

Le XV de la Rose, désormais seul prétendant avec l’Irlande au Grand Chelem, a construit son succès sur une défense de fer et la maîtrise tactique de son axe 9-10-12. Danny Care, George Ford et Owen Farrell ont parfaitement récité le plan de jeu d’Eddie Jones, “arrosant” les Gallois par du jeu au pied de pression et d’occupation (41 coups de pied tapés au total par l’Angleterre).

+ L’après-midi terni de l’Irlande

Le principal rival des Anglais, l’Irlande, aurait elle passé un samedi parfait contre l’Italie (56-19) si elle n’avait pas perdu deux cadres sur blessure. Après le troisième ligne Josh Van der Flier, qui s’est rompu les ligaments d’un genou contre la France en ouverture (15-13), le centre Robbie Henshaw s’est ainsi blessé à une épaule en inscrivant son deuxième essai et pourrait manquer la suite de la compétition.

Pour le pilier droit Tadhg Furlong, c’est a priori moins grave: blessé à une cuisse, il pourrait revenir pour le prochain rendez-vous, contre le pays de Galles dans deux semaines.

+ Parisse, mauvaises passes

Il a si souvent sauvé les meubles pour l’Italie, mais pas samedi. A Dublin, le capitaine azzurri Sergio Parisse a a précipité la chute des siens (19-56), pour son 62e match du Tournoi et sa 131e sélection, à 34 ans. Sa première passe, jetée à l’emporte-pièce, a ainsi amené le premier essai irlandais, signé Robbie Henshaw (11e). Rebelote en début de seconde période, pour un nouvel essai du centre du XV du Trèfle. Une troisième passe dans le vide a suivi, mais Edoardo Goru s’en est finalement saisi, après le rebond, pour aller inscrire le deuxième essai italien (66e).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.