DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

JO-2018: Svindal et Jansrud, la complicité viking

Vous lisez:

JO-2018: Svindal et Jansrud, la complicité viking

JO-2018: Svindal et Jansrud, la complicité viking
Taille du texte Aa Aa

Aksel Lund Svindal, premier Norvégien médaillé d’or de la descente en 70 ans d’histoire de la discipline reine aux Jeux d’hiver, jeudi à Jeonsgeon, et son compatriote et dauphin Kjetil Jansrud, ont joué la partition d’une grande complicité en conférence de presse.

“C’est une grande émotion. Je n’arrive pas y croire, faire mieux que Kjetil Aamodt (2e en 1994) et Lasse Kjus (2e en 1998, 2002). C’est un jour aussi particulier avec ce doublé”, s’est réjoui Svindal, deuxième de la descente olympique en 2010 à Vancouver.

“J’ai réalisé une super section sur le haut et très bien skié en bas. A l’arrivée, j’ai pensé au podium mais pas à la victoire”, a ajouté le vainqueur, radieux, en regardant son cadet à sa droite.

Jansrud a analysé sereinement sa course. “La piste s‘était accélérée par rapport aux entraînements et j’ai fait une mauvaise réception au gros saut et gratté le virage suivant”.

Et le cadet, devancé de seulement 12/100e, d’ajouter: “On fait des choses remarquables dans ce groupe restreint”.

Le duo norvégien a signé le cinquième doublé national dans une descente olympique depuis l’introduction de la discipline aux Jeux de 1948 à Saint-Moritz (Suisse).

En 1968, Jean-Claude Killy et Guy Perillat avaient réussi le doublé à domicile, à Grenoble, puis en 1972, Bernhard Russi, architecte des pistes olympiques depuis 1980, et Roland Collombin avaient fait un et deux pour la Suisse. En 1980, l’Autriche avait empoché l’or et l’argent avec Leonhard Stock et Peter Winsberger.

La Suisse avait encore fait mouche en 1988 à Calgary, Pirmin Zurbriggen décrochant l’or et Peter Müller l’argent.

“Perdre contre ces deux Norvégiens n’a rien d’infamant pour moi. Ils s’imposent un peu partout depuis des années”, a réagi le Suisse Beat Feuz, médaillé de bronze à 18/100e.

Désormais attendus au contrôle antidopage et plus tard à la cérémonie des médailles, les deux “Attacking Vikings”, qui partagent le même fabricant et technicien pour leurs skis, ne se soucient pas de la déperdition d‘énergie.

“Question d’expérience”, a remarqué Svindal, désormais le plus vieux médaillé d’or du ski alpin aux Jeux, à 35 ans et 51 jours.

Vendredi, ils remettront leur coeur à l’ouvrage dans le super-G, la spécialité norvégienne avec un butin de cinq ors depuis 1992.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.