DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tennis: le trône tend les bras à Roger Federer, à Rotterdam

Vous lisez:

Tennis: le trône tend les bras à Roger Federer, à Rotterdam

Tennis: le trône tend les bras à Roger Federer, à Rotterdam
Taille du texte Aa Aa

Roger Federer de retour sur le trône du royaume tennis, qui l’eut cru il y a un peu plus d’un an? Le maestro suisse n’a plus qu’un match à gagner, vendredi à Rotterdam, pour écrire un nouveau chapitre de l’histoire de son sport.

Andre Agassi n’a qu‘à bien se tenir! Son record de longévité ne tient plus qu‘à un fil… En 2003, le “Kid de Las Vegas” s‘était hissé au sommet de l’ATP à 33 ans (et 131 jours). Mais Federer peut le dépasser, à 36 ans et six mois.

Le Néerlandais Robin Haase, 42e mondial, est le dernier obstacle entre “RF” et la couronne, qu’il avait perdue en novembre 2012. Plus de cinq ans, c’est long. Mais la star de la petite balle jaune est sur le point de sceller son retour au plus haut niveau, amorcé début 2017 en Australie.

Il avait fait taire les oracles, qui l’annonçaient sur le déclin, avec un inattendu 18e trophée majeur. Personne n’aurait alors misé sur un come-back du maestro, contraint d’observer une pause pendant six mois, l’année précédente, pour soigner un genou douloureux.

Mais 2017 sonnait bien comme l’année de son retour. Le Suisse confirmait en s’offrant les deux autres grands titres du début d’année, Indian Wells et Miami, avant de redevenir maître dans son jardin de Wimbledon, pour la huitième fois.

Mais c’est son plus grand rival Rafael Nadal, lui aussi auteur d’un come-back retentissant, qui allait s’emparer en fin de saison de la première place.

Ce n‘était que partie remise pour Federer. Lauréat d’un vingtième titre du Grand Chelem à Melbourne en janvier, il a bénéficié d’une belle opportunité de détrôner l’Espagnol, actuellement en convalescence (cuisse).

L‘écart avec son rival n‘étant que de 155 points au classement, le Suisse a modifié son agenda pour se rendre au Pays-Bas et y chasser la première place mondiale.

Après deux matches, il est dans les temps, même si l’Allemand Philipp Kohlschreiber lui a posé des problèmes jeudi soir. Rien à voir avec l‘échauffement de trois quarts d’heure mercredi face au Belge Ruben Bemelmans (6-1, 6-2).

Federer a dû s’employer pour mater la rébellion de l’Allemand de 34 ans qui a tout essayé pour ne pas subir une 13e défaite en 13 matches face à lui.

- N.1 pour quelques semaines ? –

Il a profité de quelques coups “boisés” du N.2 mondial pour se procurer deux balles de set. Agacé d‘être tenu en échec, Federer a alors sorti le grand jeu. Après un retour venu d’ailleurs, un service gagnant suivi d’un ace, il s’est remis en position de conclure la manche. Mais il n’y est parvenu que sur sa quatrième balle de set.

Kohlschreiber n’a pas lâché le morceau mais a fini par commettre une double faute à un moment crucial (6-5) de la seconde manche. Federer n’a pas manqué l’occasion de clore les débats pour effectuer un pas supplémentaire vers son objectif.

“C’est un défi excitant. J’ai cravaché pour pouvoir me retrouver là. J’ai dû remporter de nombreux matches l’an dernier”, a expliqué Federer, qui n’imaginait pas être en mesure de redevenir N.1 après son opération du genou gauche en février 2016, année très délicate pour lui.

L’exploit serait immense et ce, même s’il ne conserve le fauteuil que quelques semaines. Car Federer, devenu N.1 pour la première fois en 2004, devra défendre en mars les 2000 points acquis l’an passé à Indian Wells et Miami.

Et Nadal, dont le retour est prévu en principe à Acapulco (26 février-3 mars), fera tout pour revenir au sommet.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.