DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le voyage indien de Trudeau se complique encore

Vous lisez:

Le voyage indien de Trudeau se complique encore

Le voyage indien de Trudeau se complique encore
Taille du texte Aa Aa

Déjà terni par la froideur de l’accueil des autorités, le voyage en Inde du Premier ministre canadien Justin Trudeau s’est encore gâté jeudi avec la découverte d’une invitation faite à un extrémiste sikh.

La diplomatie canadienne a annulé au dernier moment l’invitation de Jaspal Atwal à un dîner présidé par le chef de gouvernement jeudi soir. Un impair qui tombe mal alors que M. Trudeau essaye de contrer la perception à New Delhi qu’il ménage les mouvements séparatistes sikhs au Canada pour des raisons électorales.

“Nous prenons cette situation extrêmement au sérieux. L’individu en question n’aurait jamais dû être convié”, a déclaré le dirigeant canadien à la presse en marge d’une conférence d’affaires dans la capitale indienne.

Le parlementaire à l’origine de cette invitation “a assumé et assumera la complète responsabilité de ses actions”, a-t-il ajouté.

Jaspal Atwal avait été condamné à 20 ans de prison pour la tentative d’assassinat en 1986 au Canada d’un homme politique indien dans le cadre de la lutte séparatiste au Pendjab, selon des médias indiens et canadiens.

Les sikhs constituent une significative communauté d’un demi-million de personnes au Canada, au sein de laquelle existe une frange de soutien au mouvement du Khalistan. Ce dernier réclame l’indépendance de la région indienne du Pendjab (nord), terre du sikhisme, et a y mené une féroce insurrection, finalement écrasée dans les années 1990.

La presse indienne faisait jeudi ses choux gras de cette invitation. Avant même cet incident, le quotidien Hindustan Times estimait déjà que la visite de M. Trudeau virait au “cauchemar de relations publiques”, un éminent universitaire indien allant jusqu‘à évoquer “l’un des pires désastres diplomatiques en Inde” depuis vingt ans.

Jaspal Atwal était membre de la Fédération internationale de la jeunesse sikh, une organisation séparatiste interdite notamment en Inde et au Canada. Au cours de la visite indienne de M. Trudeau, ce titulaire d’un passeport canadien aurait assisté à une réception officielle à Bombay, où une photo le montre à côté de la femme du chef de gouvernement.

“Nous ne commentons pas les questions liées à la sécurité du Premier ministre”, a indiqué le Haut-commissariat canadien à New Delhi.

Arrivé samedi en Inde pour une semaine, Justin Trudeau a essayé de dissiper le sentiment de malaise autour de son voyage, au cours duquel aucun dirigeant indien de premier plan ne l’a encore rencontré.

Lors d’une halte mercredi au Pendjab, le Canadien de 46 ans a assuré au ministre en chef de cet État que son gouvernement ne soutenait pas les groupuscules séparatistes, mais sans parvenir pour autant à éteindre la polémique.

M. Trudeau s’entretiendra finalement avec le Premier ministre Narendra Modi dans la capitale indienne vendredi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.