DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie: l'offensive du régime dans la Ghouta orientale

Vous lisez:

Syrie: l'offensive du régime dans la Ghouta orientale

Syrie: l'offensive du régime dans la Ghouta orientale
Taille du texte Aa Aa

Le régime du président syrien Bachar al-Assad a lancé le 18 février une offensive meurtrière pour reconquérir l’enclave rebelle dans la Ghouta orientale, qui constitue le dernier fief des insurgés près de Damas.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), les raids aériens et tirs d’artillerie de l’armée syrienne ont tué plus de 1.220 civils, dont près de 250 enfants, et fait plus de 4.600 blessés. L’enclave rebelle où vivent environ 400.000 personnes est assiégée depuis 2013.

- Mort et désolation –

Le 18 février, les forces du régime tirent plus de 260 roquettes et l’aviation mène des raids intensifs sur plusieurs localités rebelles de la Ghouta orientale. Le lendemain, l’armée syrienne tue 127 civils, le bilan le plus lourd sur une journée dans l’enclave.

Le 20, selon l’OSDH, l’aviation russe bombarde le fief rebelle pour la première fois depuis trois mois. Le Kremlin dément.

Des centaines de blessés affluent dans des hôpitaux de fortune.

Le 21, outre des bombes, les avions larguent des barils d’explosifs, dont l’utilisation est dénoncée par l’ONU et des ONG.

Pour le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, la Ghouta orientale est devenue “l’enfer sur Terre”.

- ‘Nouvel Alep’ –

Le 22, le représentant syrien à l’ONU Bachar Jaafari, lance: “oui, la Ghouta orientale deviendra un nouvel Alep“Après des bombardements meurtriers, le régime avait repris les quartiers rebelles d’Alep, deuxième ville de Syrie, en décembre 2016.

Le 24, le Conseil de sécurité de l’ONU adopte à l’unanimité une résolution réclamant “sans délai” un cessez-le-feu humanitaire d’un mois.

Mais le lendemain, les forces prorégime engagent de violents affrontements avec les insurgés et poursuivent les bombardements.

Quatorze cas de suffocation, dont celui d’un enfant décédé, sont rapportés après un bombardement du régime, indique l’OSDH. Un médecin évoque une “probable attaque au gaz de chlore”.

- Trêve violée –

Le 26, le président russe Vladimir Poutine ordonne l’instauration d’une “trêve humanitaire quotidienne” de 09H00 à 14H00.

Mais dès le lendemain, le régime bombarde à nouveau. L’armée russe accuse les rebelles d’avoir ouvert le feu sur le “couloir humanitaire” mis en place pour l‘évacuation de civils.

- Percée du régime –

Le 4 mars, une source militaire indique que l’armée syrienne a “progressé sur plusieurs fronts”.

Le 5, le premier convoi d’aides depuis le début de l’offensive entre dans l’enclave rebelle, mais ne peut livrer toute sa cargaison en raison de bombardements.

L’OSDH affirme que “18 cas de suffocation et de difficultés respiratoires ont été recensés à Hammouriyé après le lancement d’une roquette par un avion militaire”, sans préciser l’origine de ces malaises.

Le 6, au moins 700 combattants “appartenant à des milices afghane, palestinienne et syriennes loyales au régime” Assad sont envoyés” dans la Ghouta.

- L‘étau se resserre –

Le 9, des aides alimentaires sont distribuées à Douma en dépit des bombardements. Médecins sans frontières dénonce une “terrible catastrophe médicale”.

Le 10, les forces du régime isolent Douma du reste de la Ghouta orientale. Elles parviennent à diviser la région en trois: Douma et sa périphérie au nord, Harasta à l’ouest et le reste des localités au sud. Le lendemain, elles reprennent la ville-clé de Madira.

Le 12, le régime poursuit son avancée. Damas contrôle désormais près de 60% des zones rebelles, d’après l’OSDH.

- Un début d‘évacuation –

Un millier de personnes ont besoin d’une évacuation médicale urgente, selon l’ONU. 28 hôpitaux, cliniques et dispensaires ont été visés par l’armée syrienne et neuf professionnels de santé tués depuis le début de l’offensive.

Les Etats-Unis déposent à l’ONU une nouvelle résolution pour un cessez-le-feu immédiat.

Le 14, des dizaines de civils sont évacués pour la deuxième journée consécutive, alors qu’au moins 31 civils sont tués dans des bombardements (OSDH). L’armée syrienne prend le contrôle partiel de la ville clé d’Hammouriyé.

Le lendemain, un convoi d’aide alimentaire entre dans la Ghouta (CICR), 3e livraison en 10 jours pour la ville de Douma.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.