DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie : Le Mouvement 5 Etoiles présente son équipe gouvernementale virtuelle

Vous lisez:

Italie : Le Mouvement 5 Etoiles présente son équipe gouvernementale virtuelle

Italie : Le Mouvement 5 Etoiles présente son équipe gouvernementale virtuelle
Taille du texte Aa Aa

Un général des carabiniers, un économiste, un champion olympique de natation, une criminologue… Le Mouvement 5 Etoiles (M5S, populiste) a présenté jeudi à Rome l‘équipe qui serait amenée à gouverner l’Italie s’il sortait victorieux dimanche des élections législatives.

“Nous sommes en train de faire une chose qui n’a jamais été faite dans l’histoire de la République : présenter une proposition d‘équipe gouvernementale avant les élections”, a déclaré Luigi Di Maio, 31 ans, le candidat du M5S au poste de chef de gouvernement.

Souvent critiqué pour inexpérience, M. Di Maio est allé chercher 17 experts, en général issus de la société civile, et a proposé trois femmes aux trois principaux postes (Intérieur, Affaires étrangères et Défense).

C’est le cas de la criminologue Paola Giannetakis, 45 ans, désignée pour le ministère de l’Intérieur ou de la professeure de sociologie politique Emanuela Del Re, choisie pour le portefeuille des Affaires étrangères.

Le général des carabiniers Sergio Costa, 58 ans, a été choisi pour le ministère de l’Environnement. Ce militaire de carrière a notamment révélé le scandale dit de la “Terre des feux”, un vaste trafic de déchets industriels et leur enfouissement illégal par la Camorra dans la région de Naples.

Pour le ministère des Sports, c’est le double champion olympique de natation Domenico Fioravanti, 40 ans, qui est proposé tandis le député M5S Alfonso Bonafede, 41 ans, irait à la Justice et l‘économiste, Lorenzo Fioramonti, 40 ans, au Développement économique.

Selon les médias italiens, ce dernier est à l’origine du programme économique du M5S. C’est aussi lui qui aurait fait reculer le mouvement contestataire sur la question de la sortie de l’euro, dont il faisait un impératif il y a encore quelques mois.

“Certains nous ont moqués” pour ce choix de présenter une équipe gouvernementale virtuelle, “mais c’est nous qui rirons lundi lorsque, probablement, les Italiens nous auront placés à 40%”, a déclaré M. Di Maio pour qui cette initiative répond à une volonté de transparence de la part du M5S.

En vertu d’un mode de scrutin complexe alliant proportionnel et majoritaire, les experts estiment entre 40 et 45% le seuil de voix nécessaires pour obtenir la majorité absolue des sièges dans les deux chambres.

En cas de majorité relative, le M5S devra composer avec les autres partis, ce qu’il s’est jusqu’ici toujours refusé à faire. Selon les derniers sondages disponibles — leur publication est interdite dans les 15 jours précédant le scrutin —, le M5S était crédité de 28% des intentions de vote.

La coalition de droite/extrême droite était loin devant à 37% et celle de centre gauche actuellement au pouvoir juste derrière à 27%. En 2013, le M5S était cependant passé de 19/20% des intentions de vote 15 jours avant le scrutin à 25% des voix.

Pratique inédite en Italie, la présentation d’un gouvernement “fantôme” a suscité un flot de critiques.

“Nous sommes en plein festival surréaliste de propositions miraculeuses et, pour la première fois, il y a un gouvernement des ombres qui se présente avant même le vote”, a taclé Paolo Gentiloni, chef du gouvernement italien et membre du Parti démocrate (PD, centre gauche).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.