DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Burkina: l'enquête sur les attaques à Ouagadougou se poursuit

Vous lisez:

Burkina: l'enquête sur les attaques à Ouagadougou se poursuit

Burkina: l'enquête sur les attaques à Ouagadougou se poursuit
Taille du texte Aa Aa

La police scientifique travaillait toujours lundi sur les lieux des attentats de Ouagadougou, où deux présidents ouest-africains sont arrivés pour témoigner de leur solidarité aux Burkinabè toujours sous le choc de ces attaques sans précédent.

Le président du Niger Mahamadou Issoufou et le président du Togo Faure Gnassingbé sont arrivés lundi vers 10H30 (locales et GMT). Ils doivent rencontrer leur homologue burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, avec lequel ils vont se rendre sur les lieux des attaques, l‘état-major général des armées et l’ambassade de France.

M. Issoufou est également président en exercice du G5 Sahel, alliance de cinq pays (Niger, Tchad, Mauritanie, Burkina Faso et Mali) qui est en train de mettre en place une force militaire régionale pour combattre les groupes jihadistes qui sévissent dans la zone.

Faure Gnassingbé préside actuellement la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

Les enquêteurs de la police scientifique “travaillent 24 heures sur 24” pour collecter des informations sur les sites des attaques, qui ont fait vendredi sept morts et 80 blessés parmi les forces de l’ordre, et qui ont été revendiquées par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) lié à Al-Qaïda, a indiqué une source gouvernementale.

Une importante équipe d’une dizaine enquêteurs français spécialisés est venue prêter main forte aux autorités burkinabè. Dirigée par un procureur de la section antiterroriste du parquet de Paris, l’équipe comprend des enquêteurs de la Sous-direction anti-terroriste, de la Direction générale de la sécurité intérieure et de la police scientifique, selon des sources judiciaire et policière françaises.

- ‘Forts soupçons’ –

Deux hommes soupçonnés d‘être impliqués dans les attentats étaient toujours entendus par la justice burkinabè lundi. Sur l’un deux pèsent de “très forts soupçons” qu’il ait joué un rôle clé dans l’opération, avait révélé dimanche une source gouvernementale. Ils avaient été arrêtés vendredi dans les accrochages suivant les attaques.

De plus, les enquêteurs soupçonnent qu’il y ait eu des complicités dans l’armée pour la préparation des attaques.

“Les fuites au niveau de l’armée commencent à se confirmer, l’enquête va dans ce sens”, a confié la source gouvernementale, sans plus de détails.

Le mode opératoire de l’attaque contre l‘état-major laisse en effet penser aux enquêteurs que les assaillants connaissaient les lieux, et qu’ils étaient renseignés sur la tenue d’une réunion de l‘état-major burkinabè de la force G5 Sahel.

La salle où la réunion devait se tenir a été totalement détruite par l’explosion d’une voiture piégée, qui a précédé l’assaut des jihadistes. Cependant la réunion avait été changée de salle au dernier moment, évitant un carnage.

“On ne peut quand même que s’interroger et nourrir de légitimes inquiétudes quand le cœur de l’armée burkinabè est touché avec une facilité aussi déconcertante”, lisait-on dans l‘éditorial du quotidien indépendant L’Observateur Paalga.

“La bête immonde a mis les pieds depuis 2015 dans la patrie des hommes intègres. En s’en prenant à l’état-major général des armées (où les mesures de sécurité avaient pourtant été renforcées ces derniers temps) et à la représentation diplomatique française à Ouagadougou, il s’en sont pris à des symboles forts, des sanctuaires qu’on pensait inviolables, et pourtant profanés. Cruelle désillusion”, déplorait l’Observateur.

Au total neuf assaillants ont été tués dans les deux attaques coordonnées (quatre à l’ambassade de France, cinq à l‘état-major), revendiquées par le GSIM qui dit avoir agi “en réponse à la mort de plusieurs de ses dirigeants dans un raid de l’armée française dans le nord du Mali il y a deux semaines”.

Le GSIM est une organisation jihadiste regroupant depuis un an plusieurs entités du Sahel liées à Al-Qaïda. Il est dirigé par le Touareg malien Iyad Ag Ghaly, chef d’Ansar Dine.

- Cible des jihadistes –

Le Burkina Faso est depuis 2015 la cible d’attaques jihadistes, qui ont déjà frappé deux fois sa capitale en 2016 et 2017, sans jamais toutefois atteindre un tel niveau d’organisation.

Ougadougou retrouvait lundi son animation habituelle, après un week-end sous tension. Les Ouagalais qui avaient dû abandonner leurs deux-roues et leurs voitures dans la panique vendredi autour de l‘état-major et de l’ambassade étaient autorisés à venir les rechercher à partir de ce matin, a indiqué le Parquet dans un communiqué, et les occupants des immeubles avoisinant l‘état-major pouvaient aussi les réintégrer.

Les écoles françaises de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du Burkina, ainsi que l’Institut français, resteront cependant fermés jusqu‘à mercredi inclus, a fait savoir l’ambassade de France dans un message aux ressortissants.

Une cellule de soutien psychologique va être envoyée “rapidement” à Ouagadougou par le Quai d’Orsay, a également annoncé l’ambassadeur Xavier Lapeyre de Cabanes.

La gendarmerie burkinabè a communiqué au sujet de l’incident qui a fait un mort dimanche aux abords du palais présidentiel de Kosyam, en périphérie de Ouagadougou.

Un individu sans papiers d’identité a été appréhendé à 2H du matin, puis il a été tué alors qu’il essayait de s’emparer de l’arme d’une sentinelle pour s‘échapper du poste de garde, explique la gendarmerie.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.