DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sri Lanka: proclamation de l'état d'urgence après des émeutes anti-musulmans

Vous lisez:

Sri Lanka: proclamation de l'état d'urgence après des émeutes anti-musulmans

Sri Lanka: proclamation de l'état d'urgence après des émeutes anti-musulmans
Taille du texte Aa Aa

Le Sri Lanka a proclamé mardi un état d’urgence de 10 jours sur tout le pays après des émeutes dirigées contre la minorité musulmane et des violences intercommunautaires qui ont fait au moins deux morts, a annoncé le ministre de la Planification urbaine.

“Le conseil des ministres a arrêté des mesures fortes dont un état d’urgence national de dix jours”, a déclaré M. Rauf Hakeem (bien: Hakeem).

Cette mesure, une première depuis sept ans, coïncide avec l’imposition la veille d’un couvre-feu dans la région touristique de Kandy (centre) après la découverte du corps d’un homme musulman dans les cendres d’un immeuble incendié.

Le gouvernement a déployé mardi des forces de police lourdement armées dans cette région, connue pour ses plantations de thé et ses sites bouddhistes, affectée depuis le week-end par des violences après le décès d’un Cinghalais bouddhiste violenté par une foule la semaine dernière.

Les Cinghalais, majoritairement bouddhistes, constituent les trois quarts des 21 millions d’habitants de l‘île. Les musulmans représentent environ 10% de la population et les Tamouls, majoritairement hindous, environ 18%.

Le Sri Lanka connaît une montée de l’extrémisme bouddhiste, attisé par des moines radicaux.

L‘état d’urgence donne aux autorités des pouvoirs accrus pour déployer des forces, arrêter des suspects et les maintenir plus longtemps en détention.

Le pays avait été placé en état d’urgence durant près de trois décennies avant la proclamation en 2009 par le gouvernement de sa victoire militaire contre la rébellion tamoule.

Selon M. Hakeem, les violences se concentrent à Kandy mais le gouvernement souhaite envoyer un message fort après de récents épisodes de violences communautaires dans d’autres régions.

Le gouvernement avait évoqué lundi la nécessité d’empêcher que “la situation se développe en embrasement inter-communautaire” et appelé “toutes les parties” au calme.

Lundi, des maisons ou commerces appartenant à des musulmans ainsi que des mosquées ont été attaqués lors de violentes émeutes dans la région de Kandy.

Selon les autorités locales, une trentaine de suspects ont été interpellés et une enquête a été ouverte sur le comportement de la police.

La semaine dernière, des foules avaient incendié des commerces appartenant à des musulmans et attaqué une mosquée dans l’est du pays après des accusations selon lesquelles un responsable musulman aurait introduit des contraceptifs dans de la nourriture vendue à des Cinghalais.

Le gouvernement a dénoncé ces accusations comme sans fondement et ordonné l’arrestation de ceux qui les propageaient.

En novembre dernier, un homme avait été tué lors d‘émeutes dans le sud de l‘île. Des affrontements entre bouddhistes et musulmans avaient fait quatre morts et de nombreux blessés en juin 2014.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.