DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Paris-Nice: Poels prend l'avantage lors de la 4e étape

Vous lisez:

Paris-Nice: Poels prend l'avantage lors de la 4e étape

Paris-Nice: Poels prend l'avantage lors de la 4e étape
Taille du texte Aa Aa

Le Néerlandais Wout Poels, lieutenant habituel de Chris Froome, a pris l’avantage dans Paris-Nice dont il a remporté la 4e étape, un contre-la-montre couru mercredi à Saint-Etienne.

Si les écarts sont loin d‘être rédhibitoires, puisque l’Espagnol Marc Soler et le Français Julian Alaphilippe ont cédé moins de 20 secondes, Poels a pris du temps aux autres favoris. Le vainqueur-surprise de Liège-Bastogne-Liège 2016 a accédé à la deuxième place du classement, à 15 secondes de l’Espagnol Luis Leon Sanchez (7e de l‘étape).

En dominant l’exercice, Poels s’est installé aussi en chef de file de l‘équipe Sky habituée aux succès dans Paris-Nice (Wiggins, Porte, Thomas, Henao). Même si le Néerlandais, adepte de la langue de bois, a refusé le rôle de favori: “On avait deux leaders dans l‘équipe avec Sergio Henao (9e du contre-la-montre à 33 sec). On a toujours deux leaders.”

Quant au contexte tempétueux autour de la formation Sky, dont le manager Dave Brailsford a été mis en cause par le rapport d’enquête parlementaire britannique publié lundi, Poels a coupé court: “Je n’y pense pas, je reste concentré sur ma course. Et je soutiens Dave.”

Le Néerlandais (30 ans), présent chez Sky depuis 2015, a dû toutefois revenir sur ses propos de l’hiver quand il avait déclaré souhaiter uen résolution rapide de l’affaire concernant Froome, le leader de l‘équipe Sky qui doit justifier un contrôle antidopage anormal.

“Oui, j’espère que ce sera réglé le plus vite possible, surtout pour Chris”, a-t-il confirmé à Saint-Etienne sans pour autant prétendre au rôle de leader de remplacement: “Je suis concentré sur le Giro, pour aider Chris au Giro.”

- La force d’Alaphilippe –

Poels a évoqué aussi son soulagement d’avoir rétabli une situation compromise, mardi, dans le final de l‘étape de Châtel-Guyon. Victime d’une crevaison et distancé de près d’une minute, il avait pu revenir sur ses rivaux, étonnamment passifs alors que l’histoire montre que la “course au soleil” se joue souvent à une poignée de secondes.

Pour sa part, Sanchez a reconnu s‘être ressenti de ses efforts de la veille. “Je vais essayer de défendre mon maillot le plus longtemps possible”, a répété le leader de la course, vainqueur de Paris-Nice en 2009.

Sur un parcours exigeant présentant des parties acrobatiques, à cause de virages serrés, l’Espagnol a lâché du temps tant dans les faux-plats montants, à l’avantage de Poels (en tête au pointage intermédiaire), que dans la seconde partie le plus souvent en descente.

Dans cette moitié, Alaphilippe s’est montré le plus rapide des favoris. Le Français, qui semblait manquer de rythme dans les montées mais non de force, a gardé intactes ses chances pour la victoire finale dès lors qu’il ne compte que 11 secondes de retard au classement général sur Poels (et 26 secondes sur Sanchez).

En revanche, Tony Gallopin, qui visait le podium à Nice, a lâché bien plus que prévu. “J‘étais dans un mauvais jour, ça ne pardonne pas”, a commenté le Français, qui a cédé plus d’une minute à Poels.

Jeudi, la 5e étape relie Salon-de-Provence à Sisteron, dans la Haute-Provence, sur un parcours de 165 kilomètres favorable aux baroudeurs.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.