DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un informateur d'Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris, sera jugé en Pologne

Vous lisez:

Un informateur d'Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris, sera jugé en Pologne

Un informateur d'Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris, sera jugé en Pologne
Taille du texte Aa Aa

Un ressortissant marocain, informateur d’Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats de Paris de 2015, est détenu en Pologne et y sera jugé pour appartenance au groupe Etat islamique, a annoncé mercredi le parquet national polonais.

“Au cours de l’enquête, on a établi que l’accusé Mourad T. avait participé, de décembre 2014 à septembre 2016, à un groupe de crime organisé à caractère armé – une organisation terroriste internationale appelée Etat Islamique”, a déclaré le parquet dans un communiqué.

Il s’agit du premier cas de poursuites en Pologne contre un collaborateur direct d’un important membre de l’EI. Les services polonais ont été mis sur sa piste par des confrères de pays membres de l’UE.

Selon les médias, les premiers renseignements sont venus de la CIA.

Mourad T. (la loi polonaise interdit de publier son nom de famille), 28 ans, né à Casablanca, a été interpellé le 5 septembre 2016 en Pologne, a précisé le parquet.

L’acte d’accusation contre lui a été transmis au tribunal régional de Katowice (sud). Il risque une peine allant de six mois à huit ans de prison.

Selon le parquet polonais, Mourad T. a été “collaborateur” et “éclaireur” d’Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis, en banlieue parisienne.

Mourad T. a notamment participé à une rencontre avec Abaaoud fin 2014 à Edirne en Turquie, à laquelle ont participé notamment Soufiane Amghar et Khalid Ben Larbi, “deux terroristes tués le 15 janvier 2015 à Verviers en Belgique”.

Il “communiquait régulièrement avec ces personnes, les rencontrait et s’engageait avec elles dans des actions en rapport avec l’activité terroriste”, poursuit le parquet.

L’accusé, qui se faisait passer pour un mineur syrien et utilisait de nombreuses fausses identités, a séjourné, à partir de décembre 2014, dans plusieurs pays de l’Union européenne (Grèce, Autriche, Pologne, République tchèque, Hongrie), mais aussi en Serbie, en Macédoine et en Turquie, a indiqué le parquet.

Des photos d’instructions pour confectionner des engins explosifs – une bombe artisanale activée avec un téléphone cellulaire – et des photos de cibles potentielles d’attentats à l’explosif ont été découvertes dans le téléphone de Mourad T., selon la même source.

Toujours selon le Parquet, il souhaitait, avec “d’autres personnes engagées dans les activités terroristes”, se rendre en Allemagne.

Il se faisait passer en Serbie pour un mineur syrien, Mourad Sultan, né à Halab le 11 novembre 1995. Cette identité devait lui faciliter le passage des frontières européennes.

Arrivé en Autriche le 7 février 2015, il a demandé un permis de séjour permanent, en changeant encore sa date de naissance pour le 22 novembre 1996. Il s’est ensuite servi de ce document à Vienne et en Pologne. Il est par conséquent poursuivi aussi pour faux et usage de faux, risquant une peine de trois ans de prison.

Enfin, trouvé en possession de petites quantités de haschisch, de marijuana et de tablettes MDMA, en Autriche et en Pologne, il devra répondre également de ce délit.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.