DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Royaume-Uni: accusée de harcèlement, la cheffe d'une organisation patronale démissionne

Vous lisez:

Royaume-Uni: accusée de harcèlement, la cheffe d'une organisation patronale démissionne

Royaume-Uni: accusée de harcèlement, la cheffe d'une organisation patronale démissionne
Taille du texte Aa Aa

La présidente de l’organisation patronale britannique Institute of Directors, Barbara Judge, a démissionné vendredi après avoir été suspendue à la suite d’accusations de racisme, sexisme et harcèlement moral, a annoncé l’institution.

Barbara Judge a “démissionné (…) aujourd’hui”, a indiqué l’Institute of Directors (IoD) dans un communiqué.

“Le conseil se réunira la semaine prochaine pour discuter de la nomination d’un président du conseil par intérim”, a ajouté la plus ancienne instance patronale du Royaume-Uni, créée en 1903.

Dans un communiqué publié plus tôt vendredi, l’IoD avait indiqué avoir pris la décision de “suspendre la présidente de l’IoD dans l’attente de plus amples investigations”.

Mme Judge avait déclaré au quotidien conservateur The Times jeudi qu’elle avait de son propre chef décidé de se retirer provisoirement et qu’elle contestait les accusations.

Ce scandale est un coup dur pour l’IoD qui bénéficie depuis un siècle de la “Royal Charter”, titre confié à des organisations œuvrant dans l’intérêt public, et censée encourager la bonne gouvernance.

La direction s’est appuyée sur un rapport du cabinet d’avocats Hill Dickinson, engagé par l’IoD pour examiner des accusations qui ont émergé il y a plus de quatre mois.

Ce rapport, vu par le quotidien financier City AM, est particulièrement accablant pour Lady Barbara Judge, 71 ans et présidente de l’organisation depuis 2015. Il détaille pas moins de 41 accusations, dont, pour les plus graves, celles de racisme, sexisme et harcèlement moral envers des membres de l’IoD.

Selon un des nombreux témoignages cités par le cabinet d’avocats, elle s’est adressée au directeur général de l’IoD Stephen Martin en expliquant qu’il y avait un “problème” parce que “nous avons (dans le secrétariat de l’IoD, ndlr) un noir et une femme enceinte et c’est la pire combinaison possible”.

Toujours selon le rapport, elle a regretté qu’une critique de l’Iod envers la rémunération confortable du directeur général de Rolls-Royce pourrait affecter sa relation personnelle avec le président de ce groupe industriel.

De même, elle a voulu s’opposer à la position de l’IoD sur le budget du gouvernement en raison de ses liens d’amitié avec le ministre des Finances Philip Hammond et la Première ministre Theresa May.

Il lui est reproché aussi d’avoir demandé à du personnel de l’IoD d’organiser un événement destiné à promouvoir la marque de vêtement qu’elle gère pour son propre compte par ailleurs.

“C’est une victoire pour les membres du personnel ordinaires, qui ont eu le courage de risquer leur carrière, de s’exprimer et de se plaindre de la conduite et du langage de gens occupants des postes très élevés”, a commenté le directeur général de l’IoD, Stephen Martin.

Deux autres membres du conseil d’administration ont également démissionné, Kenneth Olisa et Arnold Wagner.

“C’est aussi une victoire pour la bonne gouvernance”, a ajouté M. Martin

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.