DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine: un négociateur accusé d'avoir voulu tuer Porochenko

Vous lisez:

Ukraine: un négociateur accusé d'avoir voulu tuer Porochenko

Ukraine: un négociateur accusé d'avoir voulu tuer Porochenko
Taille du texte Aa Aa

Un homme qui a négocié de nombreux échanges de prisonniers entre Kiev et les séparatistes prorusses, a été accusé jeudi par la justice ukrainienne d’avoir voulu assassiner le président Petro Porochenko.

Âgé de 50 ans, Volodimir Rouban a été détenu jeudi alors qu’il traversait la zone tampon séparant l’Est ukrainien contrôlé par les rebelles prorusses, du reste du pays, sous le contrôle de Kiev.

Connu pour son rôle de négociateur dans plusieurs échanges de prisonniers entre les forces de Kiev et les séparatistes, Volodimir Rouban transportait des armes et des munitions, dont des obus et lance-grenades, selon la justice qui a ordonné sa détention pour deux mois.

Il est “soupçonné d’avoir préparé des attaques armées contre de hauts fonctionnaires du gouvernement”, dont le président ukrainien, a déclaré le juge d’un tribunal de Kiev cité par l’agence de presse Interfax-Ukraine.

M. Rouban envisageait d’utiliser “des lance-roquettes, des lance-grenades, des armes légères et des engins explosifs” pour attaquer le domicile de Petro Porochenko et de membres du gouvernements, selon la justice.

Son objectif était de “provoquer le chaos” et “aider la Russie à lancer une offensive à grande échelle” pour prendre le contrôle de l’Est ukrainien, a assuré le juge.

M. Porochenko a ordonné au chef des services de sécurité ukrainiens Vassil Gritsak de placer l’enquête “sous son contrôle personnel”, selon la chaîne de télévision ukrainienne 112.

Cité par l’agence Interfax-Ukraine, Volodimir Rouban a dénoncé un “coup monté” et affirmé son innocence.

Les médias ukrainiens avaient à plusieurs reprises accusé M. Rouban de soutenir les rebelles prorusses. Ces liens parmi les rebelles lui avaient permis d’organiser des échanges de prisonniers dès les premiers mois du conflit, qui a débuté en avril 2014 et fait depuis plus de 10.000 morts.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.