DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Europa League: à Bilbao, Marseille s'offre un printemps européen

Vous lisez:

Europa League: à Bilbao, Marseille s'offre un printemps européen

Europa League: à Bilbao, Marseille s'offre un printemps européen
Taille du texte Aa Aa

Le parfum de l’Europe enivre à nouveau Marseille, qualifié pour les quart de finale d’Europa League en confirmant à Bilbao (2-1) sa supériorité sur l’Athletic, jeudi, avec un grand Dimitri Payet et encore un but de Lucas Ocampos.

Six ans que l’OM attendait ça, après un quart de finale de Ligue des champions raté contre le Bayern Munich (2-0; 2-0).

Avec trois victoires de rang, à l’aller (3-1), à Toulouse (2-1) et à San Mamés, Marseille arrive lancé comme un boulet de canon à son “Olimpico” contre Lyon, dimanche en Championnat, avec pour objectif de distancer de huit points son adversaire dans la course pour une compétition plus grande encore la saison prochaine…

Pour retrouver les derniers tours qui sont dans son “ADN”, comme le proclament ses supporters, Marseille s’est appuyé sur les buts de ses hommes en forme, Dimitri Payet (38 sur penalty), non sélectionné par Didier Deschamps avec les Bleus quelques heures plus tôt, et Lucas Ocampos (52), auteur de son quatrième but en trois matches.

L’attaquant argentin aura presque à lui tout seul assuré la revanche de l’OM sur l’Athletic, deux ans après une élimination dans cette même C3 en 16e de finale (0-1; 1-1). Après le doublé de l’aller, il a marqué le but du KO définitif d’une frappe enroulée qui rappelle qu’il n’est pas qu’un coureur à pied.

- Mitroglou en vue –

Payet, absent de la liste de l‘équipe de France pour les matches amicaux contre la Colombie et la Russie fin mars, a dessiné le premier but. Après un appui sur Luiz Gustavo – avec une jolie talonnade du Brésilien – il a réussi un petit pont sur Yeray Alvarez, puis après un appui finement joué par Kostas Mitroglou, il s’est fait faucher par Inigo Lekue. “Dim” a lui même appliqué la sanction, d’un contre-pied parfait.

Le Grec Mitroglou, déjà héros du match à Toulouse (2-1), où il a signé le but vainqueur, a montré sur le coup qu’il n‘était pas qu’un joueur de surface, il peut servir de pivot.

Une entente est en train de se forger avec Payet. “Mitro” a aussi décalé Ocampos d’une talonnade, mais l’Argentin a frappé la barre (78), et aurait pu marquer lui-même sans la parade de Iago Herrerin (81).

Bilbao a tenté d’allumer le feu mais n’avait que des mèches courtes. Aritz Aduriz à encore une fois tenté la frappe de 40 m, celle qui avait fait mouche il y a deux ans au Vélodrome, mais elle est partie dans les nuages (36). Un peu plus tôt, l’avant-centre basque avait envoyé une tête à côté de la lucarne (26).

Son petit lob de la 60e minute était plus inspiré, mais au-dessus de la transversale.

Le “vieux” buteur (37 ans) finira par avoir un peu de réussite: un ballon a ricoché sur sa tête pour offrir une passe décisive involontaire à Inaki Williams pour la réduction du score (74). Mais Aduriz finira exclu pour un second carton jaune, deux minutes plus tard.

Le match plié, Rudi Garcia a pu sortir Florian Thauvin, qui a tenu 66 minutes malgré sa cheville meurtrie à l’aller. “Flotov” lui rejoindra les Bleus après le choc contre Lyon. Avec lui, Payet, Ocampos ou Luiz Gustavo, fatigué mais titulaire, cet OM a quand même des talents.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.