DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Handball- Bruno Martini: "ce que le PSG a fait cette année en Ligue des champions est gigantesque"

Vous lisez:

Handball- Bruno Martini: "ce que le PSG a fait cette année en Ligue des champions est gigantesque"

Handball- Bruno Martini: "ce que le PSG a fait cette année en Ligue des champions est gigantesque"
Taille du texte Aa Aa

Le manager général Bruno Martini défend le bilan du Paris SG handball aux deux-tiers de la saison, jeudi, à la veille du Final Four de la Coupe de la Ligue à Metz, jugeant dans un entretien avec l’AFP que la performance de ses hommes en Ligue des champions a été “gigantesque”.

Q: Comment jugez-vous les performances contrastées du PSG, qui a été nettement plus convaincant en Europe qu’en France?

R: “Je retiens que nous sommes toujours en course dans les quatre compétitions, même si on sait qu’en championnat se sera plus compliqué (4 points de retard sur Montpellier, ndlr). Lorsque nous avons perdu des points en novembre (défaites à Nîmes et à Aix, ndlr), nous avons été beaucoup touchés par les blessures, de la commotion cérébrale de Jesper Nielsen aux pieds de Luc Abalo et de Daniel Narcisse en passant par la cheville de Luka Karabatic. Il y a eu beaucoup de matches ratés par des joueurs importants dans l‘équipe. Quand on ajoute à ça la suspension de quatre matches de Nikola Karabatic, on a un premier élément d’explication. Mais nous avons aussi manqué de maturité dans des matches à notre portée.”

Q: Aviez-vous hiérarchisé les objectifs en début de saison et quelle importance accordez-vous à cette Coupe de la Ligue?

R: “Non, car chaque compétition est à gagner quand on est au Paris SG. Il n’est pas question de galvauder quoi que ce soit au bénéfice de la Ligue des champions. On n’a pas fait tourner en championnat, on n’a pas fait passer de message aux joueurs en ce sens. On présente souvent la Coupe de la Ligue comme une compétition secondaire, mais quand on ne la gagne pas, c’est considéré comme un échec. On l’a gagnée pour la première fois l’année dernière. Les saisons précédentes on disait: Paris a encore perdu. Le plateau des demi-finales laisse penser que ce sera peut-être plus facile (face à Dunkerque en demie samedi puis Toulouse ou Istres en finale dimanche, ndlr), mais la compétition est aussi respectable que la Coupe de France ou le championnat.”

Q: Peut-on gagner la même année un championnat aussi relevé et exigeant que la D1 française et la Ligue des champions?

R: “Je pense que c’est possible, mais ça ne laisse pas beaucoup de marge d’erreur. Le format du Final Four ne favorise pas l‘équipe la meilleure. Il augmente l’incertitude. Faire deux matches de ce niveau en 24 heures, c’est terrible pour tous les joueurs. Ce que l‘équipe a fait en phase de poules cette année est incroyable. Terminer avec cinq points d’avance sur le deuxième Veszprem, en étant un peu moins concerné par la performance dans les deux derniers matches (car le PSG était déjà qualifié pour les quarts ndlr), c’est gigantesque. Un tel niveau de performance n’avait jamais été atteint par un club français en Ligue des champions. Mais ce n’est pas parce qu’on est bon entre octobre et février qu’on va être bon en mai. On laisse des plumes en championnat, c’est vrai, mais ce n’est pas pour ça qu’on a perdu la finale l’an dernier contre le Vardar Skopje. Ce n‘était pas une question de fraîcheur, c’est plutôt dans l’approche de l‘événement que nous avons été défaillants.”

Propos recueillis par François BONTOUX

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.